Tak'an Dore

Suivi de campagnes et diverses acctivités rollistiques
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journal de voyage : notes et commentaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Journal de voyage : notes et commentaires.   Ven 5 Sep - 19:31

Extraits du journal de voyage d’Elkidiale


7° jour de Riag, 1507TH.

Citation :

Arrivée à Sarfaé afin d’assister au festival. J’ai une dizaine de jours d’avance. J’espère pouvoir profiter des préparatifs. C’est toujours intéressant de voir la façon dont se prépare la scène avant l’arrivée des acteurs. Les lieux ont l’air calme. Trop peut-être. Je me demande comment le vit Balmur Hache Tempête, s’il ne s’ennuie pas trop. Je comprends qu’il ait poussé à organiser un festival régulièrement, histoire d’avoir des nouvelles du monde. D’ailleurs, chapeau pour sa boisson spéciale. Fort mais tres sucré et sacrément bon.

Urhe commence à répondre à son nom mais je sens qu’il va y avoir encore beaucoup de travail.

8° jour de Riag, 1507TH.

Citation :

Bon… le programme de la journée qui comportait initialement farniente et repos a été légèrement modifié par une demande de Balmur. Celui-ci a eu un petit problème de livraison de bière et… attends toujours ses tonneaux. Apres avoir confirmé que j’étais bien adepte, il a réussi à en dénicher 2 autres qui venaient d’arriver pour le festival aussi. Une trolle, Narkis, avec des cornes plus hautes que moi et dont le premier amour semble être la nourriture. A ne pas déranger quand elle mange, de toute manière, elle ne répond plus. Un arc particulièrement travaillé qui dépasse de son sac, je suppose qu’elle doit savoir s’en servir (sinon ce sera ridicule et très drôle). A passé également pas mal de temps à dessiner. Et une Ts’rang, Ka’haya. Rien de notable à part qu’elle semble apprécier de faire trempette. Pas très original mais… j’me demande si ils ont les écailles qui fripent.  Bref, vu qu’il avait trois adeptes sous la main, Balmur nous a embauchées pour aller voir ce qu’il était arrivé à ses tonneaux. Au vu de ma consommation leur absence ne me traumatiserait pas outre mesure mais, vu la contenance potentielle des participants… certains se sentiraient floués. Le prix est correct, 54 pièces d’or pour trois après négociation et le logement, boisson et nourriture à l’œil pour la durée du festival. Ce genre de proposition ne lui coute pas grand-chose (enfin, ça dépendra de la consommation de Narkis, perso, je m’avancerais pas) et est toujours agréable à prendre. Sans compter que ça nous permet une petite renommée de « sauveurs de piquette » pour le reste du festival (ce qui n’est pas rien et peut être très glorieux.). Leur fromage est sacrément fort mais je n’avais encore jamais goutté quelque chose d’aussi… particulier. J’en reprendrais ! Ka’haya a eut l’air de trouver ça immonde. Elle doit avoir un palais délicat.

Direction donc Nara’skem pour avoir des nouvelles de la cargaison.

Il a quand même fournis des chevaux aux deux demoiselles pour voyager. Narkis est sur une espèce de monstre de trait. Très confortable. Urhe est chiant. Il m’a rapporté un type de mulot géant et s’est mis à jouer avec. Et cet andouille veut maintenant que je lui masse le cou… Et je n’arrive pas à lui dire non. Saleté de Kué.

Ah !  Et on a vu des génisses sur la route. Sans petits.

D’ailleurs les deux pensent sans doute que je suis troubadour. Je me demande combien de temps cela pourra durer.

9° jour de Riag, 1507TH.

Citation :

Narkis et Ka'haya (mais surtout Narkis) ont passée la journée le nez en l'air. J'ignore ce qu'elles cherchaient dans le ciel mais elles adressaient des regards noirs aux pauvres petits nuages qui passaient. Ah, et nous avons vu un NOM DU PAPILLON GEANT.

Sinon, pas grand chose à signaler. La nuit dernière au moins deux individus nous surveillaient. (Je le savait bien que j'avais vu quelque chose moi... et j'en ai eut la confirmation ce matin lorsque je suis allée vérifier l'endroit où il y avait du mouvement). Nous les avons donc pris en chasse...enfin... nous avons tenté de remonter leurs traces. Faire ça dans de la caillasse n'est pas recommandé. Je garantit la situation problématique. Nous avons fini par trouver des traces de passage que nous avons suivit. Je ne sait toujours pas si c'était les traces de nos observateurs ou celles d'autre chose. Et c'est autre chose qui nous as trouvé. Des lionnes qui nous ont confondu avec leur petit déjeuner. Bilan. 5 lionnes transformées en tapis et une ou deux qui retiendront peut être que la chasse à l'adepte n'est pas très... sain. Ka'haya sait plutôt bien se servir de sa lame et je confirme que l'arc de Narkis n'est pas un simple jouet. Ou sinon un jouet mortel.

Nous avons repris notre route et avons repérés sans difficultés là où les villageois ont dormis. Et, plus important... un endroit où plusieurs charrettes lourdement chargées ont quitté la route. S'il ne s'agit pas de notre cargaison je veux bien me faire orc ! Narkis est partie en reconnaissance. Nous avons monté notre campement en attendant son retour.

Et j'ai trouvé des baies. Elles se sont sauvagement défendues à coup d'épines mais, en digne sylpheline, j'en suis sortie vainqueur.

Je me demande si la troll aura perdu sa tendance à surveiller le ciel, l'air parano, en rentrant


Dernière édition par Luciole le Lun 29 Sep - 22:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Ven 12 Sep - 8:27

10° jour de Riag, 1507TH.

Citation :
Bon, Narkis avait finit par revenir hier soir après avoir poussé le cri caractéristique de qui se prends le pied dans une racine. Nous avons décidé d'aller quand même compléter nos informations et voir un peu plus loin sur la route s'il s'était passé quelque chose. Comme par exemple, les traces d'un combat. Il faut dire que voir un chariot changer de destination sans la moindre protestation aurait été surprenant. Ah oui, et Narkis nous as dit qu'elle avait trouvé des traces de pieds nus. Ça nous a parut bizarre bien sur. Qui se baladerait pieds nu hein? Pourtant, lorsque nous avons remonté encore un peu la route et trouvé le lieu de l'interception, nous avons confirmé ça. Les assaillants étaient pour certains... nus pieds. Et sur le coup, nous n'avons pas vraiment compris ce qu'il s'était passé. On aurait dit plutôt les restes d'une bagarre d'enfants... à coups de pieds, de poings... sauf que bien sur, le résultat n'était pas aussi anodin qu'un conflit de gamins. Un blessé ayant réussit à s'enfuir en direction de Nara'skem, à moins d'une heure (dans un sale état vu les traces qu'il avait laissé), nous avons aussi pris cette direction. Apres tout autant en savoir le maximum sur ce qui nous attends. Histoire de ne pas complètement foncer dans l'obscurité.

Là bas nous avons croisé une loque traumatisée alias Fori Poil d'Os. Il est à priori l'unique survivant de cette histoire et nous as raconté, des tremblements dans la voix, ce qu'il a croisé. Ceux plutôt. Une bande d'individu leur ont sauté dessus. Apparemment ils se battent avec leurs griffes et leurs dents, vont nus pieds et sales... Je doit bien avouer que ça m'inspire une chose : des cadavéreux. Mais qu'est ce que des cadavéreux ficheraient à attaquer puis voler une cargaison de bière? Sérieusement?

La lahala de Nara'skem nous as recu et indiqué qu'il existait dans la zone où se sont enfuit les voleurs autrefois un village. Par contre, ils n'ont plus eut de nouvelles depuis la fin du Châtiment et même avant, ils ont l'air d'une sacrée bande de bouseux caractériels. Bon, après c'est juste l'avis d'un des deux partis mais quand même. Ils ont l'air sacrément bornés. Un peu comme l'autre trolle.

Elle a un air qui me revient d'ailleurs cette lahala. Et de la vaisselle à ma taille. A l'auberge c'était limite un petit tonneau qu'ils m'ont servis. Leur poisson n'est pas donné mais pas mauvais du tout. Chose surprenante... elle a parlé du Châtiment et de la période qui précède comme si elle y avait assité. Je veux bien que les tsrangs puissent vivre vieux mais tout de même.

Le départ à été un poil complexe entre Narkis qui faisait un caprice pour que nous revenions d'abors rendre ses montures à Balmur parce qu'elle "ne veut pas que quelque chose leur arrive". Bordel... Et Ka'Haya qui hésitait... ne sachant pas si elle voulait son cheval ou si elle préférait épargner cette pauvre bête. Je croit qu'elles n'ont pas très bien compris que nous avions un timing précis... et que nous n'avions pas le temps de faire l'aller retour puis d'y retourner à pied. Voyager à pied prends plus de temps qu'à cheval... Sans compter que, sérieusement... on aurait eut l'air de quoi à retourner à Sarfae l'air "on a eut peur d'y aller tout seuls". C'est pas comme ça que ça se bâtit une légende. Et donc, puisque je lui ai offert le repas, elle se sent aussi redevable envers ma personne? J'ai plutôt l'impression que c'est réservé aux nains. Navrant. Bon, au final je me suis débrouillée pour sous entendre qu'on pourrait trouver lâche notre retour sans la moindre information et son cheval sera confié à Poil d'Os qui le ramènera à Balmur. J'ai eut droit à une belle dose de mépris. Et elle, elle a couru ! Bon, elle a bien couru.

C'est résistant ces bêtes là. Et ça a même insisté pour faire une reconnaissance avant qu'on s’arrête.

11° jour de Riag, 1507TH.

Citation :
La journée a mal commencée. Bon, okay cette nuit il m'a semblé voir quelque chose... Semblé. Et bien sur, ce matin, fatigué par Narkis j'ai prétendu que c'avait été une certitude... dont je ne leur avait pas fait part aux réveil. Elle a tiré la tête. Boaf... Elle m'avait tapé sur le système hier et je n'allait pas m'en rendre malade si son avis sur ma personne n'est pas des plus flatteurs.

Rencontre un peu agitée avec des guetteurs. Un fois le moment de... surprise passé, nous avons pu discuter. L'orc nous as révélé ce qu'il pouvait sans que cela soit considéré comme une trahison par son village... Enfin... j’espère pour lui. Mais j'ai quelques doutes. Ce qui est inquiétant c'est l’extrême maigreur de ces gens. Deja là bas, et puis sur le chemin ensuite. C'est une misère comme je ne me souviens pas en avoir déjà croisé. Ils n'ont que des haillons pour vêtements, pas de chaussure et un rat constitue visiblement un festin pour eux.

La rencontre avec les villageois a été... compliquée. Une espèce de mur d'hostilité compact. Heureusement que je joue plutôt bien de ma voix pour qu'on m'écoute avant qu'on ne m'abatte parce que là, c'est vraiment l'impression que j'ai eut. Bien sur, à trois adeptes nous aurions fait un carnage contre des paysans mal nourris armés de râteaux et de fourches mais... ils sont nombreux ! Plus que nous. Leur chef a fini par se montrer et il a "admis" qu'ils avaient bien récupéré la cargaison et qu'ils étaient disposé à la rendre contre un petit service. Petit service, mes ailes oui ! Il s'agit "juste" d’éliminer quelques lézard tonnerre qui les ont mis dans cet état et qui squattent leur Kaerl. Je suppose que c'est la perspective des pertes de leurs coté face au faible gain de notre mort (non, quelques provisions ne me semblent pas suffisantes contre l’annihilation). Sans compter notre utilisation comme femme de ménage. Avoir un troll de combat et être prêt à s'en servir, ça c'est de l'argument.

Bon.. Vu qu'on a accepté... une petite sieste avant de rentrer sous terre ne sera pas de trop. Ka'Haya veille.


Dernière édition par Luciole le Mer 1 Oct - 9:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Dim 28 Sep - 10:24

Nuit du 11° jour de Riag, 1507TH

Citation :
A noter pour plus tard : dormir en laissant veiller Ka'Haya n'est pas une bonne idée quand des voleurs rodent. Si Narkis n'était pas revenue à ce moment là... j'aurais perdu mon sac ainsi que toutes mes affaires pendant qu'elle s'attendrissait sur deux mioches. Elle s'est fait passer un sacré savon.

On est finalement entré dans la mine. Plutôt amusant de penser que nous avons progressé avec beaucoup de précaution alors que nous étions dans un endroit tout à fait sécurisé.  Narkis s'est lancée dans les sports de glisse, Ka'Haya a faillit l'imiter. Je n'imaginais pas que voir une trolle bouder serait aussi drôle. Et pourtant. Nous avons fait de notre mieux pour dissimuler notre fou rire avec Ka'Haya. Elle était très vexée. Le fait d'avoir dévalé tout un escalier sur le postérieur a du nuire à l'image qu'elle se faisait d'elle même. Heureusement, nous avons réussit à récupérer ses affaires ainsi qu'une jolie géode. La remontée ensuite de l'escalier a été trééés prudente. Ces deux grandes filles étaient à quatre pattes pour surtout ne pas risquer de glisser en arrière. Urhe a léché le nez de Narkis. Il n'était pas descendu lui. Pas fou. Dans l'histoire, nous avons perdu presque toutes les flèches de Narkis.

Nous avons trouvé l'entrée du Kaer et passerons le reste de la nuit dans le village dévasté et à moitié brûle qui se situe devant elle.

12° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Dans quelques minutes nous entrerons. Narkis a refait quelques flèches. Nous sommes prêtes. Enfin, je croit. J’espère
.

Soir du 12° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Nous sommes vivantes. Épuisées, détruites mais vivantes. J'ai encore un peu de mal à y croire. Je vais raconter en détail ce qui se trouvais  dans ce Kaer. Au moins, quoiqu'il nous arrive, il restera une trace.

Nous sommes rentrée, arme au poing. Il n'y avait pas un bruit et nous avons tenté de nous fondre dans le silence. Tout était dévasté à l’intérieur. Il ne restait plus qu'une demeure qui paraissait encore debout, le reste réduit à l'état de ruine. Ce n'était pas simplement des débris mais plutôt un saccage minutieux, comme si on avait voulu s'assure que rien ne pourrait rester  in touché. Une des sales habitudes des lézard tonnerres ai je cru comprendre. Nous pensions trouver entre 2 et 4 lézards tonnerres. C'est eux qui nous ont trouvés. Nous ne devions pas être aussi discrets que nous le pensions. Et, un lézard tonnerre qui vous saute dessus depuis le plafond et a décidé de vous faire griller est plutôt convainquant. J'ai encore mal à chacun de mes muscles. Au final, c'est moi qui l'ai fait griller.. et Narkis qui a inauguré ses flèches sur lui. Ka'haya a préféré un tête à tête avec un second... et a réussit à tenir jusqu'à ce que nous venions l'aider. Enfin... tenir... Disons qu'au moment où elle s'est écroulée, nous étions toutes proches. Quelques minutes de plus et je pense que nous n'aurions plus eut de Ka'haya.

Heureusement qu'ils n'étaient que 2 au vu de notre état ensuite. Je ne tient pas compte des petits du nids. Nous les avons éliminé proprement et rapidement.

Si nous nous en étions tenues à notre mission initiale, nous aurions pu en rester là, considérer que nous avions nettoyé ce que nous devions, ne plus nous questionner. Heureusement, nous sommes un peu plus professionnelles que ça.

Ka'Haya et moi sommes restées à souffler un peu tandis que Narkis terminait de vérifier les lieux. Il faut dire qu'elle était en bien meilleur état que nous entre Ka'Haya qui venait de revenir à elle et moi dont chaque muscle m'informait de son désamour. Elle est entrée dans la maison et nous avons entendu quelques instants plus tard un hurlement. Nous nous sommes regardées et nous sommes élancées vers les ruines. Le temps que nous arrivions, elle était déjà blessée. Gravement. Par des orcs en blouses blanches. J'ajouterais qu'elle leur avait rendu la monnaie de leur pièce au vu des flèches mais, même une trolle comme elle ne peut faire face à plusieurs individu fermement décidés à l'éliminer. D'où l’intérêt d'avoir des ailes. Ce qu'elle n'a pas. Donc elle a fini par s'absenter. Ils n'ont en tout cas pas plus résisté à mes illusions que leurs lézards de compagnie. Et je croit que Ka'Haya était motivée pour les empêcher d’accéder au corps malmené de Narkis.  

Ils ont préféré se suicider plutot que risquer de tomber vivants entre nos mains. Je sais maintenant pourquoi mais sur le coup... c'était perturbant. Mais moins que ce j'ai trouvé en descendant visiter tandis que Ka'Haya essayait de réanimer Narkis (au passage, elle avait fait un joli carton sur un orc. Et ils ne portaient pas grand chose d'autre que leurs blouse. Et ça, ce n'était pas exactement une bonne surprise.). Il y avait deux chambres. Et une piece.

Dans cette pièce, il y avait l'Horreur. Ou plutôt, une effigie d'Elle. Un oeil. Gigantesque. Entouré d'une spirale de chair. En pierre. Du genre de pierre qui vous suit du regard et dont vous savez, vous sentez qu'elle n'est pas juste une statue aussi monstrueuse  soit-elle.  Reliée à elle par des rigoles creusées dans le sol, 10 cadavres étaient allongés dans des cercles d'os. Du sang coulait de ces cadavres, vers la statue. Il ne l'avait pas atteinte mais il coulait vers elle. Les corps étaient desséchés mais pourtant le sang continuait de couler. L'astral était aussi abominablement souillé. Sale. Suintant.
J'ai vomis.

Je suis remonté chercher Ka'Haya et Narkis et nous sommes descendues. Elles n'ont pas fait mieux que moi en découvrant la scène.
Nous n'avons pas su quoi faire. Vu la vitesse a laquelle coulait le sang on en avait pour une heure grand max avant qu'il n’atteigne la statue (qui continuait toujours à nous regarder. J'en frisonne encore maintenant. Aucune d'entre nous n'avait déjà croisé de cadavéreux en cours de formation ou quoi que ce soit dans cette optique. Mais nous avons tenté plusieurs choses. De déplacer les cadavres. De briser les cercles d'os dans lesquels ils reposaient. De faire les deux... Enfin, d'essayer. Je n'avais jamais rien soulevé d'aussi lourd que ces os et je n'ose même pas penser aux cadavres. Même une trolle avait du mal à les traîner. Se contenter de les déplacer n'était d'ailleurs pas suffisant. Il fallait briser le cercle d'os sinon, un serpent de sang et de cendre ramenait le cadavre à sa place initiale. Une véritable horreur.

J'ai cru que nous ne terminerions pas à temps. Si ça n'avait été les deux autres, je n'aurais pas continué jusqu'à la fin. En même temps, si ça n'avait été les deux autres, nous n'aurions pas pu avancer assez vite. Lorsque le sang à atteint la statue, il ne restait qu'un seul cadavre dont le cercle était intact. Nous l'avons abattu lorsqu'il s'est relevé.

Ka'Haya tenait à peine sur ses pieds. Narkis s'était écroulée, ses blessures précédentes à nouveau à vif... Nous l'avons couchée et, avec Ka'Haya, avons tenté abattre la statue. J'ai entourée celle ci d'une corde, veillant bien à ne pas y toucher et nous avons tiré. J’ignore combien d'heures nous avons passé à tirer. Plusieurs. Nous avons perdu connaissance par moment. Mais nous y sommes parvenue. Puis... c'est le grand vide.

Les villageois m'ont réveillé en début d'après midi. Selon eux, nous étions parvenues à nous traîner jusqu'aux lits où ils nous ont trouvé. En même temps, dormir dans la même salle que la statue, même au sol,  est quelque chose dont la simple perspective m'horrifie. Ils étaient inquiets de ne pas nous voir revenir et sont partis à notre recherche. Ils ont trouvés les lézard, puis les corps... puis nous...

Je ne pense pas que nous aurons encore des problèmes avec eux. Par contre, les lieux devront être purifiés. Rapidement. Quelque soit l'Horreur dont l'effigie sommeillait là bas, elle est encore là. Le chef de ceux qui la servait n'est pas mort. J'en suis certaine.


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Dim 12 Oct - 21:53

14° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Une bonne nuit de sommeil n'a pas été de trop. Nous sommes en fait le 15 au matin mais je me suis écroulée hier soir. Mon dernier souvenir c'est d'être sur un cheval, accroché à Farhon. Et là, je me réveille sous une couverture, dans un lit. J'adore ce genre de réveil. Bon, donc, l'autre vieux à tenu parole. Il était sacrément secoué en même temps. Nous avons récupéré les chariots, leur contenu (pas tous les chevaux par contre... certains ont déjà servi de provision) et même les hommes de Balmur. Ils étaient d'une humeur d'orc ayant une rage de dents. Ca faisait quelques jours qu'ils étaient emprisonnés et nourris à minima. Ceci dit, leurs geôliers manquaient également de nourriture donc il est difficile de leur en vouloir. Le temps manquant un peu, nous avons repris le chemin de Sarfaé. Quatre personnes ont accepté de faire le voyage en notre compagnie : le fils du chef que son père a envoyé pour un minimum d'officialité je pense. Un jeune couple humain et un jeune orc en pleine rébellion adolescente. Notre ami du poste de surveillance viendra également je pense (en tout cas, il a reçu les encouragements de sa sœur pour ce faire). D'ailleurs, Farhon était sacrément soulagé quand je l'ai prévenu que Poil d'Os était encore en vie à Naras'Kem. Blessé certes (et plus encore dans son égo) mais en vie.

Nous avons récupéré le cheval de Ka'Haya. Il va bien et a manqué de servir de dîner à des chauves souris. Ah, et Ka'haya s'est fait une belle blessure en trébuchant sur des pierres. Heureusement sa cheville n'est pas foulée mais elle risque de boiter encore quelques jours.

15° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Je relis les lignes écrites ce matin et n'arrive même pas a en sourire. Narkis n'est plus.

Narkis ne changera plus. Non. L’écrire ne suffit pas a exprimer ma peine. Elle s'est faite tuer par des loups la nuit dernière. Selon Ka'haya, elle était partie chasser. Ils l'avaient avertie pourtant qu'il y avait des loups mais elle y est allé. Ils ont simplement entendu des hurlements qui se répondaient. Qui se déplaçaient. Et lorsqu'ils se sont finalement interrogé sur son absence, sur son non retour, il était trop tard.

Narkis les avait entraîné jusqu'au falaises où elle a été tuée. Ils ont trouvé son corps, tué le chef de la meute et fait fuir les autres loups. Elle a été enterrée avec son arc. Je pense qu'elle ne se serait pas offusquée de cette dernière demeure.

16°jour de Riag, 1507TH

Citation :

Les chariots avancent. Les tensions sont perceptibles entre tous mais nous avons atteint la route. Les chevaux et les donneurs de nom sont fatigués. Uhre a semblé chercher quelque chose ou quelqu'un qu'il n'a pas trouvé.

17° jour de Riag, 1507TH

Citation :
La journée fut longue. Nous arriverons demain. A temps. Je ne doute pas qu'il y aura là bas des gens qui sauront quoi faire à propos du Kaer Tardrin.


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Sam 25 Oct - 0:12

18° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Arrivée à Sarfaé. Discussion avec Balmur, puis récit à Erestor et Jaralak. Rencontre avec Aurialak. Ce soir, nous partons faire la fête et oublier.

19° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Par Florannus, quelle nuit !

Il y avait longtemps que je ne m'était oubliée de cette manière. Je me souviens à peu près du début de la soirée jusqu'à la balade d'Erestor. Puis, ce ne sont que des images floue. La dernière implique une naine topless et une résine hallucinogène. Il me semble avoir entendu la balade des trois nains, une partie de la quête de Barfael, la fable de Poing-de-Cuivre, la chute du Kaer de la montagne nue. Mais mes souvenirs restent assez flous. J'ignore totalement la quantité d'alcool et autres substances que j'ai ingurgité mais je pense ne pas avoir à rougir.

Je me suis réveillée dans l'après midi, sur une table. J'était d'ailleurs loin d'être le seul cadavre à traîner sous le chapiteau si j'ai bien compris. On m'a mis à disposition un verre d'un liquide noirâtre à l'odeur forte... et dans l'état où j'était (la dose d'alcool dans le sang devait être encore bien conséquente!) j'ai avalé le liquide cul-sec. Apres tout, quelque chose de mauvais tient du médicament... non? Apparemment, j'ai passé l'heure suivante à boire encore et encore toute l'eau qu'on m'apportait (j'aurais consommé cinq ou six fois mon volume)... Il faisait chaud ! J'ai fini par réellement reprendre conscience trois heures plus tard. Aurialak m'a veillé durant ce temps veillant à soigneusement m'imbiber... C'est radical contre la gueule de bois leur remède... mais il semblerait que l'utilisation normale implique de le renifler, et non de le boire. Au moins c'était une expérience intéressante.

Sauf le réveil avec le corps en feu et les ailes pimentées. Il semblerait que mon corps ai expulsé tout l'alcool et le contenu du "médicament"... pimenté. Aurialak m'a raccompagné jusqu'à l'auberge où j'ai pu prendre un bain. Long. Et délicieux.

Le dîner a été très calme. Chacun se remet de ses émotions de la veille. Pas mal de discussions. Il parait qu'il y a une nouvelle shivalahala pour la maison Syrtis qu'on appelle la Prophétesse. Ka'haya a passé la journée à tremper. Urhe m'a offert une souris.

Nous discuterons demain avec Balmur. Ce sera plus agréable de le faire sans avoir une migraine en toile de fond.

20° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Se réveiller dans un lit confortable, l'esprit clair et le corps prêt à répondre aux moindre stimulis est un plaisir inégalable. Enfin, presque.

Comme prévu, Ka'haya et moi avons profité du calme de la matinée pour aller parler avec Balmur. Il s'y attendait je pense et avait également une proposition à nous faire. Il nous as laissé le choix. Soit s'en tenir à notre accord initial, ce qui aurait ravis nos bourses (il faut bien l'avouer), soit, le faire légèrement évoluer. Il nous proposait de nous verser une partie du paiement convenu, répartis entre Ka'haya et moi mais également Aurialak. Et, surtout, de nous soutenir dans notre projet de création d'un Groupe, tout les trois. Il faut croire que Jaralak, le maître d'Aurialak lui en avait parlé. Même s'il est vrai qu'un peu de réflexion pouvait aussi mener à la même conclusion.

Son soutient en question : une pièce d'orilchiaque. J'appelle ça un soutien de poids.

Nous avons préféré en discuter avec le principal concerné. Nous assurer de sa volonté de se joindre à nous, de sa motivation. Créer un Groupe ne tient pas seulement d'avoir une bouille sympathique. Il est Purificateur du premier cercle (il combat la souillure laissée par le Châtiment et les horreurs) ce qui est un atout non négligeable dans un Groupe. Et puis c'est un obsidien. Ils sont fascinants. Comment arrivent ils à rester aussi calmes, aussi paisibles? Ka'haya lui a présenté la discipline du Danseur Caudal (il pensait tout d’abords qu'il s'agissait d'une modulation tsrang du Troubadour, ce en quoi elle l'a détrompé). Nous nous sommes tout trois accordés et avons annoncé notre décision à Balmur.

Il s'y attendait. En même temps... En contrepartie de la pièce, il nous a demandé de prêter un Serment. C'est son droit. Nous avons donc juré. Conformément à ce qu'il demandait, j'ai juré "de ne pas l'utiliser dans un autre usage que celui de créer notre Groupe et prouver [son] soutient audit Groupe." Ka'haya a fait un serment semblable, promettant de n'utiliser cette pièce que dans le but de créer notre Groupe et Aurialak a esquivé légèrement en jurant fidélité et loyauté au Groupe qui sera fondé à l'aide de cette pièce. Balmur a répondu en promettant de nous soutenir dans la création de notre Groupe. Nous avons tout quatre énoncé nos serments en faisant couler notre sang sur la pièce. Une cicatrice rosâtre parcourt ma paume. Elle ne guérira pas avant un an ou un jour ou l'accomplissement de notre serment.

Il nous as remis également trois bourses contenant chacune l'équivalent de 10 pièces d'or.

Le reste de l'après midi a été très calme. J'ai médité dans ma chambre et nous avons profité de la soirée. La fête était bien moins folle que celle d'ouverture. Nous avons écouté des histoire, les récits des exploits de chacun. Nous partirons pour le Kaer Tardrin demain. Nous aurons d'autres occasion d'assister et de participer au festival de Sarfaé. Et c'est de nombreuses aventures que nous pourrons alors raconter.

21° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Nous sommes repartis en direction du Kaer Tardin. A noter que la vitesse, avec deux obsidiens avec nous ne sera pas notre caractéristique principale. Nous avons passé l'après midi à nous balader tranquillement. Enfin, de mon point de vue...

C'est un peu étrange de se lancer ainsi en sachant que ce ne sera que le début d'une longue traque mais les légendes ne commencent elles pas toutes ainsi ?


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Sam 25 Oct - 0:14

26° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Arrivée. Nous sommes accueillis avec le sourire. Les provisions... c'est encore pire.  

La scène est toujours aussi glauque. Personne n'a osé toucher à quoique ce soit. Je les comprends d'ailleurs. Même la vermine n'a pas osé s'en approcher.

Jaralak s'est mis directement au travail. Cet obsidien est tout simplement génial ! L'astral poisseux s'ouvre devant lui comme s'il le purifiait en avançant. C'est toujours sale, bien sur, mais tellement plus respirable dans son sillage. Un peu à la manière d'un lac quand quelqu'un entre dans l'eau et qui provoque des remous.

Je suis presque persuadée qu'en regardant de plus haut on pourrait dessiner le chemin de ses déplacements juste en voyant la trace astrale purifiée derrière lui.

Il s'est assis dans la pièce et depuis, ne bouge plus. Par contre les mouvements de l'astral autours de lui sont fabuleux. On dirait presque une boucle. Comme s'il aspirait l'air, et la terre aussi pour les purifier.

27° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Nous avons sortis les corps de la salle et les avons réunis pour les bruler. Enfin... on... j'ai surtout encouragé, avouons le.
Les cendres ont été réunies et stockées en attendant que Jaralak puisse les purifier. Autant ne pas prendre le risque de répandre quelque chose de nocif.

Il n'a pas bougé d'un pouce depuis hier.

28° jour de Riag, 1507TH

Citation :
3eme jour d'immobilisme pour Jaralak. C'est impressionnant.

Hurë rechigne encore même si je continue mes efforts pour l'habituer à porter mon poids.

Je profite de ces temps pour méditer. J'ai appris aujourd'hui les grands principes du rituel de karma des illusionistes. Le terme "grand principe" me semble bien adapté d'ailleurs.


29° jour de Riag, 1507TH

Citation :
Je me suis de nouveau plongée en moi même. C'est parfois nécessaire.

Surtout si je désire être capable de stocker des sorts plus développé dans mes matrices.
Ka'haya a fait de même.

C'est amusant de voir les villageois changer d'attitude entre notre arrivée et maintenant.

Jaralak ne cille même pas quand je claque des doigts devant ses yeux. Comment fait il?

30° jour de Riag, 1507TH

Citation :

Dernier jour du mois de Riag. Je n'avais pas prévu qu'il soit aussi chargé. Le mois. Pas le jour.

J'ai commencé à discuter avec Ka'haya d'une représentation. C'est après tout mon travail. Je pense que je l'axerais sur la notion de vrai et de faux. Enfin, plus spécifiquement sur les apparences. Leur faire croire que des choses en sont d'autres et les mettre devant leurs erreurs. Bref, les acculer devant des certitudes puis les briser. Peut être verront ils le parallèle avec leur méfiance et leur isolement.
Je ne doute pas que ma tsrang veillera à respecter soigneusement le timing que je lui ai donné.

Je me demande combien de temps mettrait un lierre à pousser autours de Jaralak. Il faudrait que je demande à Aurialak. Ce dernier passe pas mal de temps dans les grottes.


1° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Ka'Haya et moi avons profité du temps libre pour méditer et améliorer nos talents. Au vu de ce que nous préparons ça me semble utile. Voir nécessaire et indispensable. Aurialak lui est déjà prêt. Son maître nous a envoyé chercher des matières premières.

2° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Ka'haya a été au point lors de la représentation. Je l'en ai félicité. Elle a sut respecter toutes les indications scénaristiques. Il faut dire qu'un danseur caudal c'est assez tape à l'oeil. A réutiliser. Et très enthousiaste.


3° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Hure fait des progrès. Lentement. Mais surement. Un jour, il sera mon familier. En attendant il se dore les écailles au soleil. D'autres courses pour Jaralak.

4° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Nous avons passé plus de temps avec les villageois. Ils s'ouvrent petit à petit.  Il est necessaire je pense de les y encourager. L'autarcie atteint tres vite ses limites. Je pense que leurs échanges avec Sarfae vont rapidement augmenter. Plus qu'avec Naras'Kem où leurs ancêtres avaient une vielle querelle.

5° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Jaralak s'est relevé. Il nous a tendu une boussole qu'il avait conçu. Il s'agit d'une boussole à filament, orientée sur l'horreur que nous pourchassons. Elle ne peut contenir qu'un seul filament, il faudra donc que je soit très précautionneuse. Je me suis donc liée à elle. Elle nous permettra de savoir s'il y a ses serviteurs ou ses rejetons non loin. Pour parvenir plus loin, il nous faudra trouver son nom, puis verser le sang d'un de ses serviteurs. Plus il sera puissant, mieux ce sera.

Nous avons annoncé aux villageois que nous partions en chasse de l'horreur qui les avait visé. Ils nous ont remercié et souhaité bonne chance. Nous en aurons besoin. Mais nous nous sentons pret à nous lancer dans cette aventure.

Nous forgerons notre légende en abattant. Ou périrons en chemin.

Je joint un schema de la statue. Ca permettra de garder sans altérations l'apparence de l'horreur que nous poursuivons et pallier aux erreurs possibles de nos mémoires. Ou si quelqu'un devait reprendre notre quête.


Boussole.
DM 15
Nombre de filaments max 1

Filament de rang 1 : cout 200
Connaissance clée : connaitre l'apparence de l'horreur ainsi que le nom du créateur de la boussole. Permet de savoir si il y a des serviteurs/rejetons de ladite horreur.
Filament de rang 2 : cout 300
Connaissance clée : decouvrir le nom de l'horreur liée à la boussole. Direction de l'horreur.
Filament de rang 3 : cout 500
Haut fait : verser le sang d'un donneur de nom servant l'horreur et dont la proximité avec l'horreur est importante. Haut fait : 500 lg Effet : Distance avec l'horreur


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Jeu 20 Nov - 11:54

6° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Rien a signaler. Aurialak ne va vraiment pas très vite. Doux euphémisme.

12° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Nous avons atteint Naras'Kem. Visiblement, nous ne sommes pas tres chanceux puisque le précédent navire est parti hier. Nous attendrons le suivant mais personne n'a pu nous dire à quelle fréquence ils passaient. C'est aléatoire a priori.
En attendant, j'ai visité le village marin. Les tsrangs cuisinent définitivement bien. J’espère pouvoir revoir leur matriarche demain.

13° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Ka'haya et moi sommes allée prendre le thé avec la matriarche. Elle a toujours ce service à thé qui avait retenu mon attention. Il est vraiment joli. Nous en avons profité pour lui conter la suite des événements.
Elle nous a souhaité bonne chance dans notre quête. Je pense que ce n'est pas superflue. Nous en aurons besoin.

Un tsrang est venu discuter avec nous dans la soirée. Sympathique.

14° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Je me suis occupée de Hurë aujourd'hui.
Je m'ennuie. Et rien n'est pire que l'ennuie.

Aurialak lit. Comment peut il passer autant de temps quasiment immobile!

Si le bateau n'arrive pas demain, je vais devoir m'occuper plus sérieusement.

15° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Enfin ! Le navire est arrivé et nous avons pu négocier notre passage jusqu'à Ardroyan. Nous couperons ensuite à travers les terres vers Grand Foire.


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Ven 21 Nov - 0:43

16° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Aurialak s'est installé dans la cale avec ses livres et semble s'en satisfaire. Hure passe beaucoup de temps là bas également... je croit que la présence d'un kue plus imposant que lui sur ce navire l'a convaincu de ne pas chercher à s'y comporter comme chez lui. Une histoire de territoire. Il faut dire qu'il est encore jeune et n'ose pas défier plus gros que lui.

J'ai pu récupérer certaines arrêtes. En faire une petite broche sculptée ne devrait pas être trop complexe. Ça me permettra de ne pas perdre la main.

17° jour de Teayu,1507TH

Citation :
C'est bien moins amusant que ce que j’espérais. Dire qu'en navire aérien nous serions déjà arrivés... enfin... je comprends qu'Aurialak ai eut des inquiétudes quand à sa masse mais tout de même. D'ailleurs je n'arrive pas à m'expliquer pourquoi Ka'Haya blêmit quand on lui parle de vol en liberté. Je conçoit ce qu'est le vertige mais... c'est tout de même étrange comme concept. Sans compter qu'elle refuse d'en parler.

Comment peut on avoir peur de s'élancer dans les cieux et de se laisser porter par la brise ?

Nous devrions arriver demain d’après les marins.

18° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Enfin ! Nous avons quitté le Danseur des  Vagues Capitaine du Remous Rescapé de la passe de Falagoï...(etc). Je n'ai pas retenu la suite du nom. Il faudrait qu'un jour nous testions l'effet de faire évoluer le nom d'un navire. Ou d'un navire aérien.

Les provisions ont été renouvelées et nous partons pour Throall en coupant à travers les terres.

19° jour de Teayu,1507TH

Citation :
A noter, déjeuner près d'un nid de Guêpes de Sang est non seulement peu recommandé mais aussi l'occasion de tester la vitesse de sprint d'un obsidien. Ce n'est pas très concluant d'ailleurs.

Ka'Haya a commis l'erreur de s'asseoir sur une de ces Guêpes. Et de ne pas la tuer directement. Nous avons donc vu arriver l'essaim. Les Guêpes de Sang sont bien plus hargneuses et agressives que leur collèges classiques et tenter de taper dans un essaim à l'aide d'une arme est un tantinet inutile. Les terrestres ont couru. Elles se sont concentré sur eux plutôt que sur moi (heureusement d'ailleurs). Et ont fini par renoncer à nous poursuivre après s’être prise quelque éclairs

Nota bene : toujours rappeler aux gens de regarder où ils s’assoient.

20° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Journée de voyage tranquille, rien d'important à signaler. Ai trouvé un buisson de baie qui nous a fait un repas. Un peu trop sucrées peut être. J'ai passé l'heure suivante à somnoler sur l'épaule d'Aurialak.
Urhe s'entraine à la chasse à la perdrix.

21° jour de Teayu,1507TH

Citation :
La chose la plus importante est de surtout ne pas faire de bruit. Ka'Haya s'est endormie directement mais Aurialak me lance des regards bizarres lorsque la plume fait trop de bruit sur le papier. Il doit être anxieux. Que d'excitation pour si peu de chose. Juste la possibilité non négligeable de mourir.

Nous sommes présentement dissimulé SOUS un gros rocher dans une petite cavité en train de croiser les doigts et de se convaincre que notre Légende ne peut se terminer ainsi, tués, éventrés et dévorés par les goules et les cadavéreux qui rodent autours - et pas forcement dans cet ordre.

Pour reprendre les choses depuis le début, nous avons aperçu dans la mâtiné une fumée qui s’élevait à quelques heures de nous et, malins que nous sommes nous avons pensé qu'il valait mieux aller voir. Il s'agissait d'un corps de ferme, apparemment intact mais de la fumée s’élevait d'une cour intérieure. Nous sommes rentrés avec hésitation. Huré était clairement mal à l'aise -nous aussi il faut dire car il n'y avait pas le moindre signe de vie.

A l'intérieur de la cour, nous avons pu contempler un véritable charnier. Plusieurs dizaines de corps terminaient de servir de combustible à un bûcher macabre. Au vu des tailles il y avait de tout, des femmes, des hommes, des enfants.. Certains n'étaient plus que des morceaux calcinés tandis que d'autres semblaient encore frais. Ils avaient été traînés depuis le lieu où ils étaient tombés, des traces de sang maculant le sol. La cour pour certains, l’intérieur des bâtiments pour la plupart. J’espère qu'ils étaient morts lorsqu'ils ont été entassés mais je n'en suis pas sure.

Nous nous sommes figés. Ne sachant que faire. Il n'y a avait pas un bruit à part celui de la fumée qui continuait à se dégager. Et l'odeur.

Il m'a semblé entendre quelque chose venant de l’intérieur. Comme un bruit indistinct. Sourd. Nous nous sommes demandés que faire. Impossible de savoir si ceux qui avaient fait cela étaient encore présent ou bien si, espoir infime, il y avait pu y avoir un survivant s'étant suffisamment bien caché. Nous avons hésité et pris le risque d'entrer dans l'une des bâtisses composant le corps de ferme.

Nous n'aurions pas du espérer et c'est des goules qui s'étaient dissimulés, à l'abris du soleil. Leur poison est mortel en très peu de temps Moins d'une minute. Mais il cessera à l'instant où l'atrocité vous l'ayant infligé tombera. C'est elle ou c'est vous. Il n'y a pas de troisièmes choix. A partir de l'instant où ces créatures vous touchent, rien ne sert de fuir, il vous faut les abattre. Nous les avons abattues toutes les quatre et sommes ressortis précipitamment.

Au soleil, il y avait peut de chance qu'elles osent sortir. Du moins l’espérions nous. Nos espoirs ont été déçus. Ce n'est pas seulement des goules qui sont sorties du reste des bâtiments, se dirigeant vers nous avides et affamés mais également des cadavéreux. Il nous a fallut nous frayer un chemin à la force des lames et de la magie vers la sortie. Aurialak fut héroïque. Il a encaissé les coups que Ka'Haya n'aurait pu prendre. Normal pour un obsidien mais même lui n'était pas loin de tomber quand nous avons réussit à fuir, portant à demi la tsrang.

Nous les avons distancés tant que le soleil a brillé mais la nuit et là et elles rodent à notre recherche.
Cette ferme est un piege pour continuer à leur attirer du gibier. Il nous faut donner l'alerte.


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Mar 20 Jan - 0:00

22° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Nous avons prévu de retourner à la ferme. Les goules ont tourné toute la nuit mais ne nous ont pas trouvés. Je suppose que cela valide l'abris que nous avions déniché. Aurialak semble toujours aussi énergique mais à laissé entendre qu'il n'avait pas beaucoup dormis. J'ignorais que les obsidiens pouvaient être sujets au stress ou à l’anxiété.

Le plan est assez rudimentaire, il faut bien l'avouer. Il y a trois bâtiments et cinq entrées. Nous allons profiter des heures du jour pour barricader ces entrées. Non pas pour empêcher de pénétrer à l’intérieur, mais pour les empêcher de sortir. Avec de la chance, nous devrions pouvoir bloquer un ou deux des bâtiments avant qu'elles ne se rendent compte de quelque chose. Le toit est fait de paille et de chaume bien que les murs soient de pierre. Il brûlera bien si je monte l'allumer (de l'avantage inestimable d'avoir un sylphelin dans un groupe ! il peut accéder en toute sécurité aux endroits délicats et en repartir de même)  et même si l’édifice tient encore en place ensuite, je doute qu'elles apprécient beaucoup de recevoir un bâtiment enflammé sur le nez. Un bon nombre devraient y passer.

Et ensuite, il nous faudra courir vite. Je doute que ces créatures soient très heureuses de notre cadeau d'adieu et elles risquent de vouloir nous le faire payer. Le soleil nous protégera en partie.

L'un des intérêts majeurs reste de leur détruire leur antre. Bien sur, il en restera de nombreuses mais il leur faudra trouver un nouvel abris et l'alerte pourra être donnée d'ici là. Les voyageurs ne risqueront pas, comme nous, de tomber dans leur piège si ledit piège est parti en fumée. Mieux vaut un danger visible qu'un dissimulé.

22° jour de Teayu, 1507TH, au soir

Citation :
Nous avions plus couru que ce que nous pensions hier. La ferme était plus loin qu'envisagé et il nous a fallut plusieurs heures pour de nouveau l'avoir sous nos yeux. Nous avons croisé au passage les traces de quelqu'un, ou de quelque chose et bien que nous les ayons suivit un moment, ne sommes pas parvenu à le rattraper ou à déterminer qui cela pouvait être.

Alors que nous nous approchions de la ferme, Aurialak nous a dit avoir vu quelque chose s’élever un peu plus loin. Comme une sorte de brume ou de vapeur chaude. Personnellement, je ne voyais rien mais Ka'Haya l'a rapidement soutenu et nous avons dévié de notre route pour aller voir. Il a également déclaré être persuadé d'avoir vu "un truc" sortir à toute vitesse d'un buisson. Buisson dont nous n'avions aucun souvenir la veille. Qu'était ce? Je l'ignore.

En s'approchant, j'ai fini par voir la distorsion dans l'air. Effectivement, cela ressemblait un peu à celle formée par la chaleur en plein été. Les lignes ondulent et se troublent. Il y avait comme une colonne de cette anomalie et au sol, un large cercle d'herbe presque rase mais d'un vert luisant, semblable à la prairie après une pluie fine. Il y manquait simplement cette odeur d'herbe mouillée si caractéristique. Taille approximative: 5 mètres de diamètres. Préférant ne pas y rentrer nous même nous avons testé successivement d'y lancer un morceau de bois cueillis sur un buisson. Rien. Une pièce ensuite, qui s'est faite projeter violemment vers le ciel, de plus en plus vite sans pour autant sortir du cylindre ondoyant. Nous ne l'avons plus revue. Le sol qui avait été légèrement retourné a été remis en place par des serpents de noirceur qui ondulaient au sol.

Enfin, nous avons testé avec un être vivant. Une sauterelle. A l'instant où elle a touché le sol, l'herbe a commencer à pourrir, à se flétrir sous nos yeux. L'effet s'est propagé en cercles centrés sur la sauterelle jusqu'à recouvrir toute la surface du disque qui a continuer de pourrir. Aurialak a tendu la main mais lorsqu'elle est passée au dessus de la surface du disque, une épine de noirceur a jailli du sol et l'a transpercé avant de continuer sa course vers les cieux. L’épine à continué de grossir, et de monter jusqu'à ce que nous ne puissions plus voir son sommet. Nous ne sommes pas restés. L'épine semblant intransperçable, Aurialak a préféré perdre un peu de chair que de rester accroché plus longtemps a ça. Ma magie avait rebondis sur le cylindre, et j'ai pâlit en sentant que seule ma matrice avait protégé mon esprit de ce qu'il y avait derrière cette chose. Elle est inutilisable pour l'heure mais au moins, je suis indemne moi. Nous avons fuis le plus rapidement possible. Lorsque nous nous sommes retournés, la colonne avait virée entièrement au noir et plusieurs autres colonnes s'étaient élevées tout autour du corps de ferme en un cercle. Elle s'étaient rejointe au dessus de celle ci  et, au sol, nous avons vu une créature s'étirer.

Vaguement humanoïde, mais bien plus grande que tout ce qui l'entourait, de plusieurs mètres. La seule chose que me souffle mon esprit est une horreur. Ou un rejeton.

Et depuis nous fuyons. Nous savons reconnaître quand quelque chose est trop puissant pour nous. Il faut donner l'alerte. J'ai entendu des hurlements au loin. Peut être des loups. Les autres ont mis un moment à les entendre et j'ai le sentiment qu'ils se rapprochent.

Nous ne dormirons pas de la nuit et marcherons aussi longtemps qu'il le faudra. Il faut donner l'alerte.
Je sait que je pourrais somnoler sur l'épaule d'Aurialak, mais j’espère que Ka'Haya tiendra le coup. Nous n'avons pas tous une endurance d'obsidien.

24° jour de Teayu,1507TH

Citation :
Je n'ai pas pris le temps de sortir la plume hier car nous n'avons pas eut un instant pour souffler.

Il est probable que nous ne survivrons pas une nouvelle nuit. Trop nombreux sont ceux qui n'ont toujours pas repris conscience et nous portons tous les stigmates de notre nuit de combat. Si aucune aide n'arrive, aucun d'entre nous ne verra le prochain coucher de soleil. Adeptes ou habitants de Belseau... notre sort sera scellé lorsque disparaîtra la lumière.

Ces écrits sont donc probablement les derniers de ma main. On peut les considérer, s'ils survivent, comme un ultime cri d'alerte face à ce que nous avons et allons affronter. Je vais y coucher tout ce que je sait sur le rejeton que nous affrontons, là d'où il vient et l'horreur dont il est issu. Peut-être cela sera il utile à d'autres.

Les loups  dont je parle aux pages précédentes ne nous ont pas lâchés. Au fil des heures, je les ai entendu se rapprocher, s'appeler, se répondre, nous dépasser finalement. Ils étaient trois. J'ai compris également que ce n'était pas des loups. Leurs hurlements se ressemblaient, certes, mais j'ai déjà entendu des loups, des vrai. Et il y avait ici quelque chose en plus, de bien plus terrifiant. Ka'Haya et Aurialak m'ont crue et nous avons décidé de forcer l'allure. Ils nous avaient loupés mais... sans doute reviendraient ils et il y en avaient peut-être d'autres derrière.
Ka'Haya commençait à trébucher.

Nous avions parcouru plus d'une centaine de kilomètres je croit et il restait encore une heure avant l'aube. Nous avons fini par trouver une empreinte. Une seule. Comme incrustée dans la pierre. C'était bien trop grand pour être un loup. Et ils n'étaient pas loin. Les hurlements ont virés à des appels à la curée. Nous avons couru -et volé- comme jamais. Aurialak avait pris Ka'haya sur son dos car celle ci était trop épuisée.
L'un d'entre eux nous avait trouvé. Un loup noir, monstrueux. Au yeux rouges et aux dents plus acérées que n'importe quelle lame. Il a rattrapé Aurialak. Le sang à coulé.

C'est l'Aube qui nous a sauvé. Et le village de Belseau que nous avons atteint avec elle. La créature n'a pas osé poursuivre son attaque sous la lumière du soleil et s'est repliée dans la foret. Nous avons a peine eut la force de murmurer qu'une horreur était sur nos traces avant que l'épuisement ne nous emporte.

Au réveil, quelques heures plus tard, la seule adepte du village, une vielle elfe, éclaireur de quatrième ou cinquième cercle nous a demandé de lui expliquer. En détail. Nous lui avons expliqué, donnant l'alerte sur la ferme et ce qui en était sorti... et qui nous avait suivi. Bien sur, il avait fallut montrer que nous n'étions sous la coupe d'aucune horreur. Une réaction que je puis parfaitement comprendre et approuve. Elle nous a demandé d'aider à protéger le village et de tenir, le temps qu'elle donne l'alerte à Grand Foire. Elle est partie directement. Cela fait maintenant plus d'une trentaine et elle n'est pas revenue. J’espère qu'elle est arrivée en vie mais elle arrivera trop tard pour nous.

Aurialak et Ka'Haya ont supervisés la défense du village. Ces créature craignant visiblement la lumière et le feu, ils ont prévu trois anneaux de feu autours du village, se resserrant petit à petits. Nous devions les tenir le plus longtemps possible avant de nous replier. Les enfants ont été rassemblés au centre du village, dans l'une des demeures.

Pour ma part, je me suis installée sur un toit, faisant un paris risqué. Celui d'avoir suffisamment de temps pour méditer et être de nouveau capable de manier les éclairs. La nuit est tombée longtemps avant que je soit prête. Mais je les ai laissé combattre et patrouiller seuls encore de longue heures.

Quatre hommes sont morts pour défendre la première lignes. Leurs noms étaient Lobril, Dogomar, Taegion et Pivar. Ils sont tombés sous les coups de deux goules et de cadavéreux. Trois goules et quatre cadavéreux ont été détruits. Ces heures ont pour moi la terrifiante musique des hurlements de ceux qui sont tombés, mêlés à ceux des loups et à ceux d'une créature, de l'autre coté de l'obscurité. Ils m'ont glacée au plus profond de moi et j’espère qu'ils ne seront pas l'ultime chose que j'entendrais ce soir.

J'ai finalement réussit. Ma magie de nouveau accessible, j'ai pu joindre la défense de la cité.

Au delà du cercle enflammé, il y avait une obscurité presque tangible, comme un mur noirâtre au delà duquel le regard ne portait pas. Nous entendions des bruits. Nous savions qu'ils étaient là, mais ils n'approchaient pas. Ils attendaient. Une main noirâtre avait tenté d’éteindre les flammes mais chaque fois, elle avait été repoussée.

Le feu a commencé à fumer. A s'affaiblir comme si quelque chose l’éteignait. Les villageois se sont retranchés derrière le second cercle qui fut allumé. Les ténèbres se sont répandues dans le premier anneau, au sol. J'ai eut l'impression qu'une couche de noirceur recouvrait le sol et n'aurait, pour rien au monde, voulu y mettre le pied.

La fumée, elle, a commencé à s’élever, de plus en plus haut, bloquant totalement la vue. Nous encerclant et nous enfermant au milieu. Derrière elle, j'ai pu observer la noirceur s'accumuler. Montant lentement comme tentant de passer par dessus le mur de fumée. Elle a atteint 20 mètre, puis trente, puis cinquante. A compter du moment où elle dépasserait le mur, elle nous engloutirait tous.

Les heures ont passé lentement. Trop. Il est étrange de voir combien le temps peut se dilater lorsque nous sommes dans le besoin. Et peu avant l'aube, ce que je redoutait s'est produit. Les ténèbres se sont ruées sur nous. Trop. Bien trop nombreuse pour que du feu puisse les repousser.

Elles m'ont recouvertes complètement. S'insinuant partout. Le froid, omniprésent. J'ai incanté. C'est ce qui m'a sauvé.

Cette chose craint la magie, ou du moins elle craint les éclairs. J'ai pu les repousser en incantant en boucle, et me libérer. Aurialak n'avait pas cessé de lutter et bougeait encore sous sa gangue de noirceur. Ma magie l'a libéré et petit à petit j'ai pu faire de même avec ceux qui nous entouraient. Beaucoup avaient cessés de bouger. Ka'Haya en faisait parti.

Nous nous sommes frayés un chemin vers le centre du village. Rien n'avait été épargné par les ténèbres. L’intérieur même des demeures en avait été remplis. Il m'a fallut bientôt quitter les illusions et perdre en efficacité. J'ai perdu le compte du temps. A peine chassée, l'obscurité revenait. Nous n'étions que quelques encore debout. Ceux que j'avais libéré à temps.

Le jour a fini par revenir et l'obscurité s'est retiré.

Je nous ai sauvé la nuit dernière, sans fausse modestie mais nous ne tiendrons pas une nuit supplémentaire. Je sait ce que nous affrontons. C'était un cauchemars de Ristul auquel nous avons fait face et ce genre de créature est trop puissant pour nous.

Onze personnes n'ont pas repris connaissances dont plusieurs enfants. Les autres ne valent guère mieux. Ka'Haya blêmit lorsque je lui demande ce qui s'est passé.
J'ai affûte ma magie mais... nous ne tiendrons pas une nuit supplémentaire. Pas si cette chose attaque des le début. Si personne n'arrive, nous sommes probablement perdu. Mais ce ne sera pas sans une ultime résistance.


Dernière édition par Luciole le Sam 13 Juin - 15:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Jeu 16 Avr - 13:05

25° jour de Teayu, 1507 TH

Citation :
Nous avons survécus. Je n'y croyais plus et j'admire l'effet dramaturgique même si je regrette qu'ils n'aient pas pu arriver la veille.  La lutte avait commencé comme la nuit précédente. Nous avions établis des cercles de feu successifs et avons attendus... Le Cauchemard n'était pas pressé, il se savait le plus puissant et nous a encerclé, acculé...

Nous avions éffectué notre premier replis derrière la seconde ligne, la premiere s'était éteinte sous la pression de l'ombre lorsque le ciel à semblé se déchirer. Un passage a été ouvert et les Larmes de Garlen l'ont franchit. L'éclaireuse était arrivée à temps pour les trouver. Six  adeptes de haut niveau, questeur de la Passion Garlen, ils ont lutté pour notre survie dans les ombres bien au delà du cercle enflammé et ont vaincu.

Au matin, ils étaient vivants et nous l'étions aussi. Ils n'étaient pas indemnes, et de loin, mais disposaient de quoi remedier à cela. C'est donc là la puissance en action d'un groupe d'adeptes de haut niveau. C'est impressionnant d'en entendre parler, mais plus encore de le voir. Un jour nous aussi...

Nous avons pris la matinée pour nous reposer avant de quitter le village. Et par nous, j'entends également les survivants. Aucun ne désire rester en ces lieux. Trop de souvenir douloureux y sont associés. Des gens sont tombés encore hier... Entre les morts et ceux qui ne se réveilleront jamais, plus d'un tiers des habitants sont tombés face au Rejeton. Pres d'une centaine de personne qui ne verront plus le bleu du ciel et ne sentiront plus le vent. Il a fallu que les vivants fassent leurs adieux à ceux qui s'étaient éclipsés avant de partir à leur tour vers Grand Foire. Les Larmes protégeront le convois. Nous aussi bien sur. Mais si les Larmes ne suffisent pas, je me pose quelques questions sur notre propre influence...

Ka'Haya n'est pas très bien. Elle ne veut toujours pas parler de ce qu'elle a vu mais elle reste loin des ombres. Elle tressaille encore lorsque le soleil se voile. C'est mauvais. Cela lui passera je suppose. J’espère.

26° jour de Teayu, 1507 TH

Citation :
Nous avons voyages toute la journée. Les gens avancent lentement et peu parlent. Tous ressassent je le craint les dderniers évenements. Je le craint et le comprends. La plupart connaissent quelqu'un qui pourra les aider à s'installer là bas et à tout recommencer. Les Larmes m'ont dit qu'ils veilleraient au moins les premiers temps.

L'espoir renaîtra au fur et à mesure que le temps passera pour eux. Il le fait toujours.  

27° jour de Teayu, 1507TH

Citation :
Nous sommes arrivés au Quais de Grand Foire dans l’après midi. Nous avons quittés les villageois qui ont été confiés aux fidèles de Garlen.

Aurialak, Ka'Haya, Hure et moi avons continué vers Throal. J'avais fait escale une fois dans les faubourgs de Grand Foire, mais nous n'avions pas eut le temps de nous attarder. C'est toujours extraordinaire. Un foisonnement de vie, de bruit et de mouvement. Chaque instant est une nouvelle découverte olfactive ou visuelle.
Rien ne reste immobile. Tous et toutes sont en permanence sur le départ, ou du moins rien n'est fait pour être définitifs. Rien n'est en dur et tout est fait pour pouvoir être modifié ou évoluer dans le temps. Et cela s'étends sur des lieux et des lieux, autours de ce point névralgique qu'est la route menant des quais à Throal.

Les bâtiments sont faits de tissus et de bois, non de pierre. De la poudre aux yeux en quelques sorte. Rien de solide. Je ne croit pas avoir vu plus de cinq ou six bâtiments dépassant un seul étage. J'aime cette évanescence. Elle me rappelle, en un sens, la variabilité du clan Jesandil. Chacun est prets à s'adapter. La route seule, et quelques auberges sont là pour perdurer.

Nous nous sommes arrêtés dans l'une d'elle pour dormir. Nous devrions arriver demain à Throal


28° jour de Teayu, 1507TH

Citation :
Grand Foire ressemble de plus en plus à une immense fourmilière à l'air libre. Il serait fascinant je pense, de l'observer d'au dessus. Les donneurs de nom de toute les races y vivent, s'y croisent et y agissent. C'est... vivant. Oui, je n'ai pas d'autres termes. Grand Foire est un immense labyrinthe multicolore, un bazar chatoyant et bruyant qui éveille chacun de mes sens à tous les instants. Mes yeux sont ils happés par un étal que mes oreilles le sont par les appels d'un autres. Mes narines elles frémissent à l'odeur qui s’élève des auberges ou des stands de nourriture.

Nous avons choisis de nous installer dans une auberge à proximité de Throal. En une petite heure nous pouvons être à la bibliothèque nous as t'on assuré. Ka'Haya réclamait de l'eau, aussi nous avons choisit le Tonneau à Luciole. Elle conviendra parfaitement à Aurialak aussi puisqu'elle est spécialisée dans l’accueil des T'srangs et des Obsidiens. Pour le coup ils seront heureux ces deux là. Il y a aussi quelques chambres pour sylphelin.

Nous avons négocié avec l'aubergiste pour notre logement. Apres tout, nous resterons quelques temps et je vais faire un peu de mise en scène. De quoi animer son établissement... et donc nous octroyer une remise sympathique. L'affaire était à son gout -comme au notre. Aurialak semble toujours aussi amusé lorsqu'il nous voit, Ka'haya et moi, commencer à marchander. Je doute qu'il se rende compte du jeu que cela représente pour nous ou de la satisfaction qu'éprouvent les deux parties après une négociation réussie.

Nous avons profité de la fin d'après midi pour flâner dans Grand Foire. Hurë est curieux de tout. J'ai fini par me décider à lui acheter un collier. Il a fallut une longue discussion pour se décider sur un modèle en cuir souple et tissus. Ainsi, moins de chance de le perdre s'il y a un problème. Il ne sera pas considéré comme un Kuë solitaire. Je me lierait à lui un jour, mais pour l'heure, je laisse notre lien se construire peu à peu. J'ai également récupéré une bride et un tapis de selle, pour commencer à l'habituer à porter quelque chose. Ka'Haya et Auria sont aux aguets ; ils cherchent à trouver un Maître et je comprends qu'il leur faille être vigilants. Si je leur disait... il faut dire que trouver un maître illusionniste est une gageure, surtout s'il ne désire pas être découvert. Contrairement aux autres disciplines, ils sont souvent bien plus discrets. On verra si j'ai de la chance ou de l'instinct.


29° jour de Teayu, 1507TH

Citation :
La journée a été particulièrement studieuse. Comme prévu je me suis rendue à la bibliothèque assez tôt tandis qu'Aurialak et Ka'Haya voulaient encore flâner... en recherche de professeurs. Aurialak avait prévu de me rejoindre en fin de mâtiné. L'entrée dans Throal se fait par trois arches monumentales et illuminant l'astral. Je comprends que c'ai été une ligne de défense durant le Châtiment. La Grande Bibliothèque s'étends dans toute les directions presque à porté de vue et de nombreuses personnes étaient déjà arrivées. Parmi eux, nombre d'adeptes venus comme moi pour déposer leurs journaux ou faire des recherches. Le notre sera récupérable dans quelques jours. Le temps qu'il soit lu et recopié.

La taille de la Bibliothèque rendant l’hypothèse d'y faire des recherches entièrement seul délicate, j'ai embauché un archiviste pour nous guider durant l'après midi dans les rayonnages et nous aiguiller vers les ouvrages et témoignages qui lui sembleront appropriés. Nous n'avions dans l'ensemble que peu d'indices pour identifier l'horreur que nous poursuivons. Le croquis de sa statue, la description du rituel que nous avons interrompus et la localisation géographique (pour peu que cette information puisse être pertinente).

Aurialak a fini par me rejoindre -visiblement sa recherche n'avait pas été fructueuse- et avec l'aide de l'archiviste nous nous sommes lancés à l'assaut, métaphoriquement parlant, des rayonnages de livre. Aurialak est impressionnant ! Lorsqu'il commence à lire, le temps pourrait s’arrêter ou la Bibliothèque s’effondrer autours de nous sans qu'il ne s'en rende compte. Il est vrai qu'il est plus simple pour lui de tourner les pages que pour moi qui doit les saisir à deux mains à chaque fois.

Parmi tout ce que nous avons lu, nous avons pu trouver deux pistes qui nous semblent pertinentes:

  • Selon le témoignage de Mariag, une ex-archiviste naine de Viviane travaillant maintenant à la Grande Bibliothèque, il y a neuf ans, Sydiilya, un sylfelin questeur de Garlen d'Urupa a envoyé Varis et Julia un couple d'adepte troll (une chaman de septième cercle et un guerrier de huitième cercle) enquêter sur un oeil flottant près de la foret empoisonnée. Ils n'ont pas été revus depuis.
    S'agit il d'une horreur du même type que la notre ou encore autre chose? Il conviendrait de s'assurer que les deux sont bien distinct et trouver plus de précision là dessus. Mariag pourra peut-être nous en dire plus.
  • Un groupe d'adeptes t'srangs du quatrième cercle, les Pourvoyeurs d’Épices sont tombés voilà deux ans sur un rituel semblable a celui que nous avons interrompus dans un Kaer des mauvaises terres. La statue de l'horreur avait été réduite en morceau bien que le rituel ai sans doute été poussé plus loin que le notre. Les cadavres -dont celui d'un de leurs camarades- utilisés autours de la statue avaient la cage thoracique enfoncée et leurs cœurs avaient été arrachés. Ils ont nettoyés les lieux et brûlés les restes des cadavres.
    Cette piste me semble plus sérieuse que la précédente. La disposition du rituel est semblable à la notre. Il n'y avait cependant pas plus d'indication de la part des Pourvoyeurs qui sont tombés sur les lieux déjà "vides" et non en plein rituels comme nous. A creuser donc sur ce qu'il s'y est réellement passé


Mariag travaillant maintenant à la Grande Bibliothèque, j'ai pu remonter sa piste et obtenir son aide pour demain après midi. Par contre, il est impressionnant de voir à quel point quelques piécettes peuvent faciliter la discussion. L'orc qui tenait les registres pensait ne pas être capable de l'identifier jusqu'à ce que je mentionne être prête à paye... C'en est presque touchant.

Ka'haya nous a rejoint en fin d'après midi. Elle a passé une partie de sa journée à flâner dans Grand Foire et y a visiblement croisé un Danseur Caudal t'srang qui peut lui arranger un apprentissage auprès d'un maître à condition qu'elle résolve pour lui une petite affaire. Un problème d'assassinat dans un quartier de Grand Foire. Si ça peut lui rendre service, pourquoi pas. Il lui a dit de se présenter à l'Auberge du chat, un comptoir t'srang de sa part. Nous avons donc dîné et sommes allés à cette auberge pour nous renseigner plus avant.

Le patron apprenant ce qui nous y menait nous a donné quelques détails supplémentaires. Il a eut connaissance de trois meurtres, faits dans le quartier, ce qui nuit à son commerce et répartis sur les dix derniers jours. Dans l'ordre des décès...
  • Malirtang Brafor, un nain qui fréquentait l'Auberge du Chat et était selon l'aubergiste un "bon vivant". Il ne lui connaissait pas de relation particulieres. Son corps a été retrouvé il y a cinq jours bien que le décès remonte à neuf.
  • Darain Krakruk, une orc d'une vingtaine d'année qui vivait encore chez ses parents et a été retrouvée morte il y a cinq jours à son domicile. A noter qu'elle revenait de voyage, ce qui me semble être une piste intéressante.
  • Formag Asilul, un nain qui bossait habituellement comme escorteur de caravane. On ne lui connaissait pas non plus de relations particulières. Il a été retrouvé ce matin.


Aucune hypothèse n'a été énoncé quand aux causes de leurs assassinat mais s'ils ont un lien, cela peut être du à ce voyage. Apres tout si Asilul était escorteur, on peut faire un rapprochement avec Krakruk. Nous verrons bien. Le fils de l'aubergiste nous servira de guide demain... Et au vu de la manière admirative dont il regardait Ka'haya, je pense qu'il sera tres coopératif et enthousiaste. Il faudra peut-être laisser Aurialak retrouver seul Mariag demain par contre, selon le temps et l'occupation que cela nous prendra. Il est d'ailleurs retourné à la Bibliothèque en expliquant qu'il n'avait pas sommeil... Je me demande combien de temps il pourra tenir sans dormir...

A noter, leur boisson à la cannelle / cardamone vaut le détour.



Dernière édition par Luciole le Jeu 11 Juin - 14:28, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Ven 24 Avr - 11:26

30° jour de Teayu, 1507TH

Citation :
La journée a été bien remplie.

Comme prévu, nous nous sommes rendus en début de matinée à l'Auberge du Chat pour y retrouver notre jeune guide. Aurialak semblait encore frais malgré sa nuit de veille à lire mais n'a rien trouvé de très pertinent durant la nuit.

Le gamin, avide de plaire à Ka'haya, nous a mené chez Formag Asilul, ou du moins là où il vivait. Il logeait dans une tente dans un coin peu prisé de Grand Foire. Le genre d'endroit où chacun se mêle de ses affaires. La demeure avait été retournée, comme si on avait cherché quelque chose, ou qu'il y avait eut lutte. En interrogeant ses voisins, nous avons fini par comprendre qu'il rentrait de voyage et surtout avons obtenu quelques précisions sur sa mort. Son corps avait été poignardé, puis étranglé, ou étranglé puis poignardé avant d'être crucifié dans un cercle magique. Le glauque de la mise en scène semblait particulièrement poussé et aucun des présents n'a désiré s'y étendre. Plus vite ils auraient oubliés leur voisin, mieux ce serait.

Un peu plus méfiants, nous avons visités également la demeure de Malitrang. Le corps avait été retrouvé dans le même état que celui de Formag, toujours crucifié dans un cercle mystique. Il était récemment revenu de voyage, en compagnie de son frère...  lui aussi assassiné voila une quinzaine de jours.

A ce point là, la piste de l'expédition commune semblait assez séduisante.

C'est avec cette idée en tête que le gamin nous as conduit chez Dararn. L'orc avait été tuée chez elle, alors que sa famille était sortie et ses proches nous ont bien confirmé que la macabre mise en scène avait encore servie. Là aussi, sa chambre était bouleversé, ses affaires et meubles renversés. Ils n'ont cependant pas été capables de nous dire si quelque chose avait disparu. Ils savaient néanmoins en compagnie de qui Dararn était partie, nous fournissant le nom d'Adriïl, l'organisateur de l'expédition ainsi que l'adresse de sa boutique.

La matinée avançant, nous avons glissé au gamin de filer rejoindre son père, et l'adresse en tête nous sommes rendus chez l'elfe. Un de ses amis était présent avec lui, Zorisanel, un sylphelin ayant aussi participé à l'expédition. Il n'est pas dur de se représenter dans quel état on peut être lorsque ses proches et connaissances se font assassiner l'un après l'autre. Ils ignoraient encore la mort de Formag. A partir du moment où je leur ai expliqué que nous étions des adeptes et allions tenter de leur éviter le même sort, les convaincre de nous donner plus de détails n'a pas été difficile. Je peux être plutôt persuasive lorsque je le désire. Et puis les deux sont, avouons le, assez sympathiques.

Adriïl avait monté quelques temps auparavant une expédition à destination d'un Kaerl abandonné et qui avait été nettoyé. Il reste toujours des choses dans ces Kaerls qui n'ont pas été récupérés par les adeptes les ayant purifiés. Dans leurs cas, ils en ont ramenés une série de treize statuettes représentant les Passions. Y compris une statuette représentant la Mort...
Les légendes sur la Mort varient, mais certains prétendent qu'elle serait enfouie sous la Mer des Enfers, et n'en serait libérée que lorsque suffisamment de sang aurait coulé en son Nom pour éteindre la Mer des Enfers. De quoi faire frémir. Ce qui est certain, c'est que les fanatiques qui y croient ont formés une secte nommée les Clés de la Mort qui assassine sur commande, de façon très ritualisée afin d'un jour la libérer... Flippant. Le cercle mystique autours de leur victime fait partie de leur rituel ai je cru comprendre.
Ils étaient dix membres, Adriïl qui a monté l'expédition, le troll Sareron Gallagroc et la naine Achdille Tylang deux adeptes guerrier et sorcière de cercle 5, les quatre disparus, le nain Varuk Eleanon (qui est véritablement d'un caractère détestable, poisseux...) qui vend des antiquité, un humain Atronil Andral qui bossait comme garde du corps et Zorisanel donc qui sans être adepte s'y connait en dilettante dans la magie et les antiquités. Les membres de l'expédition s'étaient répartis les statuettes entre eux, mis à part Sareron qui n'y avait pas trouvé d’intérêt. A noter que c'est Adriïl qui a en sa possession la treizième.

Plusieurs hypothèses ont pu être évoquées. Soit il s'agissait de meurtres rituels, probablement perpétrés par les Clés qui tentent peut-être de punir un affront (par exemple le fait de posséder la statuette de "leur" Passion), soit il s'agit de meurtres pour récupérer les statuettes et camouflés en assassinat par les clés. Faire passer ses crimes pour ceux d'une secte d'assassins permet de bénéficier d'une aura de peur assez intéressante. Personne n'ira creuser plus loin.
Dans les deux cas, l'assassin est au courant de l'existence de ces statuettes et de la composition de l'expédition.

Adriïl en avait un peu parlé mais rien de très significatif ce qui signifie que leur tueur est tres bien informé... et que c'est un proche. J'ai la certitude qu'il ne s'agit pas de l'elfe, et je pense sincèrement que Zorisanel est innocent aussi... mais je n'ai pas encore osé leur parler de mes soupçons.

Nous avons décidé, en tout cas d'avertir chacun des membres survivants de l'expédition et de veiller sur eux. Les crimes se produisent de nuit, il faut donc s'assurer que tous soient en sécurité à ce moment.
Zorisanel s'est proposé de nous accompagner pour nous mener à chacun.

Nous avons choisit de commencer en passant chez Atronil. Sa demeure était la plus proche de la boutique. Nous sommes arrivés trop tard. Trop tard pour le prévenir et le sauver... Son corps était froids lorsque nous sommes entrés chez lui, mais le meurtre ne remontait qu'à quelque heures, le sang n'était pas tout à fait sec et le corps n'avais pas encore totalement la rigidité cadavérique. Il reposait en effet dans un cercle orné de dessins de type runiques mais pour toute personne suivant une discipline magique, il était évident que ce n'était rien. Du bluff. Du vent. Pas la moindre petite étincelle magique là dedans. Bref, une illusion de bas étage, destinée à tromper quiconque la verrait et la pousser à s'imaginer je ne sait trop quel pseudo rituel. Les Clés auraient elles fait ça? Non. J'en suis certaine. Ce sont des croyants, des fanatiques... ils ne caricatureraient pas leur propres croyances. J'en ai la certitude, c'est quelqu'un qui veut se faire passer pour les Clés, en jouant sur les peurs des membres de l’expédition et l’ambiguïté de la statuette. Ka'haya en fouillant plus attentivement a trouvé une cache où Atronil avait dissimulé la statuette qu'il possédait ainsi qu'une paire de bracelets de cuirs magiques. Il faudra demander à un forgeron a quoi ils correspondent mais ils ont une aura intéressante.

La statuette étincelle. Sa puissance ne fait aucun doute, bien que j'ignore dans quel but. Je comprends qu'un tel objet puisse attirer les convoitise. Un objet datant du Châtiment. Je me demande quelle est la puissance des 13 assemblées?

Cette découverte signifie une autre chose : le tueur a accéléré le rythme. Le meurtre précédent date d'hier. Il a perdu patience ou souhaite en finir. Il pense peut-être que s'il fait trop traîner, les statuettes risquent de finir hors de sa portée ?

Dans tous les cas, au vu de l'heure, Aurialak nous as quitté pour rejoindre notre rendez vous à la bibliothèque. Je lui ai indiqué ou trouver Mariag, j’espère que l'après midi a été fructueuse. Ka'haya et moi avons préféré nous concentrer sur le problème immédiat et sommes allés trouver avec Zorisanel les deux autres survivants en possession d'une statuette. Achdille a transformé sa demeure en forteresse blindée. Sa porte palpite tant il y a de sorts qui n'attendent que la main imprudente d'un voleur. Nous n'avons pas osé entrer... et je pense que tant qu'elle sera sur ses gardes, elle ne risque rien. Ou en tout cas, que si elle ne peut pas s'occuper du problème, nous non plus !

Varuk pour sa part s'est montré extrêmement désagréable. Reluquant Ka'haya sous toutes ses formes avant de déclarer qu'il aurait préfère aller aux putes. J'ai donc esquivé la soirée en sa compagnie. C'est elle qui le protège ce soir. J’espère que tout se passera bien.
Le reste de l’après midi s'est passé tranquillement. J'ai raccompagné Zorisanel chez lui et lui ai confié la statuette récupérée chez Atronil. Il m'assure qu'il sera en sécurité chez lui et vu les illusions qui entourent sa demeure, je ne m’inquiète pas non plus. Je pense que j'aurais une conversation avec celui qui les a installées quand cette affaire sera finie. Les fleurs sont particulièrement impressionnantes. On jurerait voir des vraies.

Je veille ce soir sur Adriïl qui, malgré son stress est un hôte agréable et dont la conversation est assez intéressante. J’espère que tout se passera bien pour Ka'haya. Et pour moi.


1° jour de Borrum, 1507 TH

Citation :
Ka'haya n'est plus. Et son meurtrier non plus.

Elle est tombée, sans doute par surprise, face à Varuk pendant la nuit. J'aurais du me fier à mon instinct qui ne l'aimait pas. Il l'a assassinée alors qu'elle était là pour le protéger, a tué un nain qui passait et à laissé les deux corps dans sa demeure auquel il a mis le feu. Pour faire croire à son décès et avoir les mains libres.

L’incendie s'est vu de loin mais il a fallut plusieurs heures pour le calmer. Varuk avait commis une erreur, une seule. Le corps qu'il voulait faire passer pour le sien était presque parfait. Presque. Disons seulement qu'en remarquant ce détail lorsque le feu fut éteint et en l'évoquant avec Aurialak nous avons fait le rapprochement. Il y avait eu un traître parmi les dix. Un traître qui avait profité de la confiance que les autres avaient en lui pour les approcher et les assassiner.

Nous avons couru à travers la ville. Couru pour arriver a temps avant qu'il ne tue ses prochaines cibles : Adriïl et Zorisanel qui le pleuraient. Nous sommes arrivés à temps pour l’arrêter. La magie et la force ont fait leur office et un éclair l'a achevé.

Nous ne saurons sans doute pas pour qui il travaillait ou pourquoi... mais j'ai une amie à pleurer ce soir.

La treizième fut rendue à ses propriétaires.

Bracelets : trouver les noms des bracelets.
Filament 1 et 2 qui donnent respectivement +1 et +2 en esquive

Probablement été faits dans les monts d'Elaris (style originaire de là bas), post chatiment.

Il y a d'autres informations à trouver dessus


Dernière édition par Luciole le Lun 28 Sep - 21:43, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Jeu 30 Avr - 12:22

2° jour de Borrum 1507TH

Citation :
Mal à la tête.

Pas complètement dessoûlée.
Écrirais plus demain.

3°jour de Borrum 1507TH

Citation :
La migraine qui me tenaillait hier a fini par partir et, l'esprit de nouveau clair, je reprends la plume.
La journée fut riche en visites et décisions.

Tout d'abords, en ce qui concerne Aurialak, il a pu rencontrer un maître à la Grande Bibliothèque, Laramalus, Purificateur Obsidien de haut cercle qui, m'a t'il dit, a accepté de le guider sur sa voie. J'ignore comment se passe la formation de Purificateur mais je gage qu'elle est très différente de celle de l'Illusioniste. Peut-être était ce pour l'impressionner qu'il y a passé ses nuits. Selon lui, Laramalus sera un maître exigeant mais il pense aussi qu'il a beaucoup à apprendre de lui.

Pour ma part, S'Lindash Luniel, le père de Zorisanel a accepté de me prendre en temps qu'apprentie. J'avais remarqué certaines de ses œuvres et je croit qu'il n'a pas été mécontent de voir que j’avais vu au travers. Remarquables par ailleurs. Et puis, le fait que son fils soit toujours en un seul morceau après les derniers événements à du aider à le convaincre de m'enseigner... A noter, il a de très beaux yeux. Si Zorisanel devient aussi séduisant en vieillissant, je veux bien tomber dans ses bras... Plus sérieusement, je verrais comment se passe son enseignement.

Aurialak et moi avons pu discuter de son après midi avec Mariag qui lui a permis de pousser sur la piste des Pourvoyeurs d'épices que nous avions évoqué et d'obtenir une vision plus globale de ce qu'il s'est passé grâce au journal des Vengeurs, un groupe d'adepte de cercles sept ou huit et chasseurs d'horreurs du quatrième cercle, remis il y a deux ans à la Grande Bibliothèque.
  • J'avais signalé que lorsque les Pourvoyeurs étaient arrivés, ils avaient trouvé le rituel plus avancé que le « nôtre » et la statue brisée. Ils étaient en réalité les seconds sur les lieux. Peu avant eux, alertés par les disparitions de donneurs de noms aux environs, les Vengeurs étaient intervenus et avaient interrompus le rituel. Ils ne s'étaient cependant pas contentés de l'interrompre et avaient eut les moyens de poursuivre le serviteur de l'Horreur Jukt'hul Emia (remettant après la traque la purification des lieux). Ce dernier, un Maître des animaux corrompu nommé Bal Dred désirait apparemment faire revenir dans notre Plan astral et matériel l'Horreur qu'il servait et qui avait été bannie auparavant. Selon le journal de cet individu, il pensait pouvoir la faire revenir et l'asservir à sa volonté. Si la folie de pareille entreprise apparaît clairement, il est heureux qu'il n'ai pu la mener à bien. Les Vengeurs l'ont traqué et finalement tué après deux mois de chasse. Son journal fut ensuite ramené à Throal où il demeure hors de porté du public.

C'est d'ailleurs ainsi qu'Aurialak a pu rencontrer Laramalus qui lui était suffisamment expérimenté pour y avoir accès et lui en dit quelques mots.
Nous pouvons donc faire une première supposition sur la nature du rituel que nous avons interrompus. S'il s'agit du même type de rituel, alors le fuyard tentait de ramener en Barsaive une Horreur qui en a déjà été bannie. Il est heureux que nous l'ayons arrêté même si je doute qu'il ai été capable ensuite de l'asservir. Il est probable que même si nous l'avons arrêté cette fois, il recommencera ailleurs.

Nous allons orienter nos futures recherches sur les Horreurs qui ont été bannies de Barsaive pour tenter d'identifier la notre. Nous savons à quoi elle ressemble et j'ai bon espoir que cet exploit contre elle ai été relaté quelque part. Si nous n'y trouvons son nom, au moins y trouverons nous des informations sur elle.

4°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Aurialak et moi avons convenu de faire une petite pause dans nos recherches afin de nous consacrer à nos passages de cercle. Il m'a avertis qu'il serait probablement absent une bonne semaine. Cela tombe bien, je serait également occupée.

Maitre S'Lindash est très intéressant dans sa pratique. Sa maîtrise de l'art de l'illusion dans le quotidien et sa façon de mêler vérité et mensonge est assez subtile. Il pousse à s'interroger sur tout ce qu'on voit. Ce qui est ce que tout étudiant recherche chez un professeur. 

Bien sur, c'est de base le réflexe a avoir lorsqu'on se trouve chez un Illusionniste mais c'est particulièrement vrai ici. Tout peut être vrai, ou illusion et la frontière entre les deux est très fine. Après tout, quelle est la vérité d'une illusion auquelle on croit? Est elle plus ou moins vrai qu'une vérité qu'on refuse? Et laquelle est la plus nocive.. Je l'ignore.

J'ai conté notre découverte de la ferme ce soir. Hurë se fait de plus en plus à Grand Foire et m'a ramené un rat. Presque aussi gros que ma jambe...

5°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Qu'est ce que la vérité ? Ne jamais relâcher sa vigilance.

6°jour de Borrum 1507TH

Citation :
J'ai été initiée au second cercle de ma discipline. J'ai su voir.

Je ne coucherais pas plus longuement sur le papier l'enseignement de Maître S'Lindash. Ceux qui pourraient partir en quête de cet apprentissage se doivent de faire une partie du cheminement par eux même. Où serait la valeur d'une vérité trop facilement dévoilée? Serait elle complète, serait elle biaisée, serait elle souple ou figée? Et puis, cela ne rapporterais que mon propre vécu et chaque étudiant doit tirer son propre bilan des questionnements auxquels l'a poussé son guide.

Il est cependant exaltant de s’apercevoir chaque soir combien le monde renferme de mystères, combien il faut douter !  

Je n'ai pas revu Aurialak depuis plusieurs jours, mais je ne m'en fait pas pour lui.

7°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Beaucoup de méditation aujourd'hui. Zorisanel, Adriïl et moi avons passé une soirée assez sympathique. Je suis certaine qu'il triche par contre ! Improbable d'avoir autant de Passions dans une seule main... à tous les coups.

J'ai demandé conseil à Adriïl d'ailleurs pour ce qui est d'une armure, et il m'a conseillé un forgeron chez qui je devrais pouvoir trouver quelque chose d'un peu plus efficace et plus prestigieux que ma vielle armure de cuir.

Ma commande pour Hurë est arrivée.

8°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Mon grimoire s'agrandit.

J'ai repris les recherches a la bibliothèque en attendant le retour d'Aurialak. Rien de très intéressant à signaler mais j'ai pu éliminer quelques unes des Horreurs ayant été bannies de notre liste de recherche.

J'ai également rencontré une troubadour naine, avec qui nous avons discuté mise en scène. Je croit qu'ils sont les seuls à avoir autant le sens du spectacle que nous.

9°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Aurialak est toujours absent. Hurë s'habitue à la bride et au collier et s'amuse à faire volontairement tinter les clochettes. Il m'a réveille la nuit dernière en tentant un concert au milieu de la chambre...

La majeure partie de la journée a été passée avec Maître S'Lindash pour travailler sur des sorts. L’esthétique de l'illusion... tout un art ! J'ai revu Séadda, la troubadour d'hier qui m'a invitée à une de ses représentations au Pas de l'Oie.  Nous y sommes allés avec Zoris' et deux de ses amis -je croit qu'il a sauté sur l'occasion pour filer de la maison où ses petits cousins étaient en forme. J'avoue être plus sensible aux danseurs du vent mais je dois avoue qu'elle n'est vraiment pas mauvaise.

10°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Aurialak est rentré ce matin. Visiblement tout s'est bien passé pour lui. Il est de plus en plus imposant. Je me demande s'il n'a pas pris plusieurs tous de bras... Il a d'ailleurs appris à entourer sa peau d'une couche d'argile. Je croit décidément que le qualificatif d’inébranlable lui ira bien. Il faudrait que je m'emploie à l'associer à son nom dans mes histoires. 

J'ai pu faire la connaissance de son maître... qui a un petit quelque chose de la montagne en mouvement. Aussi sérieux et rigide qu'elle, et au moins aussi solide m'est avis. Je lui ai donc conté en détails nos aventures. Il me faudra un de ces jours apprendre l'obsidien je pense. Les gens sont souvent plus sensibles aux récits lorsqu'ils sont faits dans leurs langue. Cela leur parle plus.

Nous avons profité de son retour d'ailleurs pour faire un choix quand à nos finances. Elles seront communes, après tout, nous avons deja décidé d'unir nos trames, autant être logique jusqu'au bout. Au vu de ce qui nous attends, mieux nous préparer est un impératif. Nous avons donc fait, prosaïquement, les boutiques. J'ai trouvé chez l'artisan indiqué par Adriïl une tresselierre faite de clématite qui conviendra parfaitement. Nous avons également trouvé un forgeron capable d'incruster une armure de cristal vivant sur la peau d'Aurialak. Il commencera demain.
Peu d'armures le protégerons autant, et je pense que cela vaut largement le prix. Il sera l'inébranlable. Et plus encore si nous faisons adapter les bracelets à son poignet. Cela attendra qu'il soit capable de tisser des filaments mais le rendra encore plus solide. Il a choisit un cristal bleuté qui prendra en quelques jours sa place sur sa peau.

La nuit sera consacrée à la Grande Bibliothèque. Il m'affirme être capable de tenir quelques jours en étudiant la nuit, et se soumettant aux mains expertes du forgeron le jour. Nous progresserons plus vite sur nos recherche...

Et ça me permettra de passer quelques heures également à mes propres cours.


Dernière édition par Luciole le Mar 16 Juin - 22:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Mar 26 Mai - 22:51

11° jour de Borrum,1507TH

Citation :
Vivre la nuit, dormir le jours ! J'aime !

Nos recherches avancent. Nous avons pu éliminer hier soir la piste de Valis et Julia. Un récit datant d'il y a neuf ans indique que leurs corps ont été identifiés dans la foret empoisonnée. L'horreur qu'ils traquaient les avait vaincue. Elle a été trouvée et tuée mais il ne s'agissait pas de celle que nous poursuivons.

Nous avons commencé à rassembler pas mal de récits sur les Horreurs dont l'apparence comporte un œil et procédons par élimination.
12°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Nous avons mis la main sur un témoignage faisant suite au naufrage d'un navire aérien entre Vivianne et Throal. Un des passagers a aperçu au cœur de la tempête qui les a fait chavirer comme un immense château volant. Il a joint a son récit le croquis du symbole se trouvant sur les portes du château. Un œil au milieu d'une spirale de chair.
Nous orientons nos recherches sur les horreurs liées aux forteresses aériennes ou aux naufrages par tempête.

La tourte aux légumes, épices t'srang, du Tonneau à Luciole vaut le détour.

Mes spectacles là bas sont nettement plus efficaces avec Aurialak. Il fait très bien le rocher. Brillant.

13°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Maintenant que nous avons la piste, nous trouvons bien plus d'informations. Ou du moins, de témoignages d'adeptes ayant aperçu la fameuse forteresse volante. Pour le moment, personne ne semble y voir mis le pied. Le maître d'Aurialak passe parfois jeter un œil sur l'avancée de nos recherches. Il nous a indiqué une correction à apporter. Selon lui, Bal Dred n'est pas mort( l'ayant simplement simulé), et lui même et ses propres compagnons apprécieraient de lui mettre la main dessus. Le mien me recommande surtout de prendre garde aux chutes de livres. Il n'a pas tord, avant hier j'ai du esquiver de justesse un grimoire qui m'aurait fait découvrir les joies du marteau et de l'enclume. L'andouille qui le manipulait a eut le mérite de sembler gêné.

Le forgeron a d'ailleurs terminé son œuvre sur lui et lorsque le cristaux aurons fini de pousser, il sera recouvert de leurs reflets bleutés. Le rendu devrait être intéressant.. Après trois jours de veille, je pense qu'il prendra avec plaisir du repos cette nuit. Nous nous y remettrons demain.

14°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Ca y est ! Nous avons trouvé dans le journal de Jurok, un Nécromant orc du troisième cercle datant d'il y a cinq ans la mention d'un groupe d'aventuriers qui ont réussit à s'introduire dans cette forteresse (il en faisait d'ailleurs parti). L'Horreur qui y résidait a été vaincue et bannie par une certaine Kelana, une Sorcière humaine de cercle assez élevé ayant bien baroudé. En poussant nos recherches sur cette dernière, il s'agit d'une thérane. Même si cette simple mention me file de l'urticaire, il faut lui reconnaître qu'elle était parvenue à repousser l'Horreur.

Est elle encore vivante, elle ou certains de ses compagnons, ou a t'elle laissé des écrits identifiant et nommant l'Horreur qu'elle a vaincu? Si nous avons de la chance, nous pourrons conclure nos recherches.

15°jour de Borrum 1507TH

Citation :
Je pense que nos recherches touchent effectivement à leur fin. Elle n'est pas aussi encourageante que je l'aurait espéré mais nous avons une destination en vue : Jerris.

Il était inutile de chercher d'autres traces de Kelana. Cette dernière s'est faite tuée dans son sommeil par un certain Y'llom, un Libérateur orc du cinquième cercle. Ce dernier n'a pas agis de son propre chef et y a vraisemblablement été poussé par un Maître des Animaux avec qui il était en contact : Crusk.
C'est là que les choses deviennent intéressantes puisque nos lectures nous ont permis de découvrir un détail supplémentaire. Le véritable Nom de Crusk est Jurrok. Le même Jurrok qui avait relaté l'exploit de Kelana. Il a changé de nom après la destruction de l'Horreur, et sous ce nouveau nom a pu convaincre l'elfe Gaelin, un Maître des Animaux, de lui enseigner sa discipline et deux ans plus tard, faire assassiner Kelana.

De son parcours sous le nom de Crusk, nous pensons (selon Laramalus) que lui et son maître ont voyagé pendant quelques temps en compagnie de Bal Dred, le Maître des Animaux corrompu des Vengeurs. Gaelin fut retrouvé mort il y a trois ans du coté de Vestrimon. Je suppose donc qu'il a été victime de son "élève". Que ledit élève ai déjà été corrompu avant de rencontrer Bal Dred ou que ce soit en sa compagnie qu'il ai succombé, je l'ignore. Toujours est il qu'il a fini par reprendre son nom véritable.

Il est probable que c'est lui que nous avons croisé et qu'il a décidé de reproduire le même type de rituel que son "mentor" en visant lui de soumettre l'Horreur que Kerana avait bannie. Le pauvre imbécile sera celui qui va se faire asservir, et une Horreur sera de nouveau lâchée sur Barsaive si nous n'intervenons pas. Le nom de Jurrok ne disait rien à Laramalus, mais celui de Crusk lui est plus connu. Ce dernier aurait été vu  
voila maintenant près d'un mois du coté de Kratas. Il partait alors pour Jerris.

C'est là bas que nous reprendrons la traque.

16°jour de Borrum 1507TH

Citation :
La journée a été plaisante. Puisque nous avions finis nos recherches Maitre S'Lindash a réquisitionné la journée et la soirée pour des travaux pratiques. Par travaux pratiques on peut entendre sortir innocent de tout ce qui a pu arriver autours de nous. Un minimum de pression au moment de l'incantation est radical pour pousser à se surpasser.

C'était drôle, il faut l'avouer. Même si beaucoup verraient les choses d'une autre manière. Et puis sa compagnie est très plaisante (je ne doute d'ailleurs pas qu'il fasse cet effet à volonté sur beaucoup de monde). Zoris' nous a rejoint dans la soirée. Je leur ai parlé de ma destination et de nos projets de départ. Il m'a parlé un peu de Jerris, l'ambiance n'y parait pas tres plaisante, entre la proximité de la Grande Désolation et le manque de Soleil. Enfin, nous n'y resterons pas assez longtemps pour en ressentir les effets. A noter qu'il s'agit d'une citée marchande, nous devrions donc pouvoir trouver des transports vers elle sans trop de difficultés

17°jour de Borrum 1507TH


Citation :
Aurialak et moi avons pris le temps de discuter. Il nous fallait le faire.

De ce que nous voulions, de comment nous le voulions. Poursuivre cette quete à trois est trop dangereux pour être réellement envisageable, d'autant plus qu'Hurë n'a pas les même possibilités que nous. Notre Groupe devra compter une ou deux personnes supplémentaires si nous voulons avoir une chance de réussir. Trouver des adeptes avides de faire leurs preuves n'est pas si difficile mais encore faut il qu'ils nous conviennent. Nous avons fait le Serment de former un Groupe, et nous nous lierrons, maais avec des Donneurs de Nom partageant notre désir et notre volonté. Nous avons réflechis aussi à ce que nous sommes, à ce que nous voulions être. A ce que notre Nom devrait refleter et ce que serait notre symbole.

C'est notre traque commune qui nous as réunis.  Et c'est une même aiguille, celle de notre boussole que nous guettons car c'est elle qui nous donnera le jour venu la direction à suivre. Nous sommes, en quelque sorte, les enfants de cette boussole, de cette rose des vents. C'est autour d'elle et du Serment que nous avons prêté que nous nous sommes unis. Nous serons les épines que guidera cette rose, et ces épines seront acérées et mortelles.

Mais si cela est notre passé, notre présent, et notre avenir, il n'est pas le seul futur que nous voyons. Nous nous sommes réunis dans un but mais, si nous le pouvons, nous désirons voir au delà. Nous voulons être porteurs d'espoir, de renouveau. Aurialak désire purifier la terre, j’espère permettre à autrui d'ouvrir les yeux.

Nous savons déjà que notre blason portera une rose des Vents. Et un Nom nous a paru beau. Les Roses de l’Espérance.

Ce n'est encore qu'une ébauche, mais un jour, dans peut-être pas si longtemps, ce sera une réalité.


18°jour de Borrum 1507TH

Citation :
La routine a repris. Je sait que nos maîtres à tout deux seraient disposés à nous initier une fois encore avant notre départ et, je pense aussi que cela pourra nous être utile. Des adeptes de troisième cercle sont plus a même de réagir que ceux du second. C'est une chose qui est à réfléchir donc.

Hurë et moi avons évolués depuis que Maitre Yspart Pied-Léger me l'a offert. Je souhaiterais me lier à lui plus profondément afin d'en faire mon familier. Il me semble qu'il ne sera pas contre (à noter d'ailleurs qu'il est outrageusement gâté par un des cuisiniers). Il me faudra apprendre plus longuement et me renseigner sur le processus. Ce sera plus simple tant que nous sommes encore près de Throal.


Dernière édition par Luciole le Mar 16 Juin - 23:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Mar 16 Juin - 18:16

19° jour de Borrum,1507TH

Citation :
Ma tête résonne comme si des nains avaient joués du gong à coté de mes oreilles durant la nuit entière. Ça m'apprendra à trop boire et hors de question de m'approcher à moins d'un mètre de quoique ce soit ressemblant au remède de la dernière fois.
Je prends la plume avec un peu de retard, nous sommes le 20 au matin mais on me pardonnera cet arrangement littéraire. La journée a été trop remplie et mon état ensuite trop déplorable pour que j'écrive en rentrant hier. Je doute même que j'aurais été capable de tracer les lettres correctement. Essayer d'accompagner un troll qui boit est une mauvaise idée, je peut en témoigner.

Enfin bref, Aurialak et moi avons fait la connaissance après ma représentation d'une jeune elfe, nouvelle venue à la taverne, Lub'hiel. Nouvelle en ville et qui s’émerveille encore devant ses... multiples aspects. Elementaliste du second cercle ce qui peut expliquer aussi. Nous avons discuté et elle nous a révélé venir du kaerl Boisbleu, ouvert il y a peu. Elle nous a ensuite détaillé les raisons de sa venue a elle et son maître, à savoir le vol d'une statuette sacrée (ça commence à devenir une habitude) donc ils avaient la garde. Ils ont suivit les traces du voleur jusqu'à Grand Foire mais depuis... Deux autres individus se sont également invités à la table. Un orc et un sylfelin, Bhuuk, éclaireur du vent de deuxième cercle. Modèle Zoak. C'est bien la première fois que j'en croise un avec pareil fuselage. Pour eux, c'est Maître Luniel qui les avait dirigé vers moi, songeant que j'aurais plus de chance que lui de localiser Zorisanel. Ce qui était le cas.

Les statuettes des douze ont refait parler d'elles. Quelqu'un a visiblement décidé de les récupérer, s'introduisant chez leurs propriétaires l'un après l'autre. Les statuettes de Zorisanel ont été volées (quelqu'un a profité de l'absence de S'Lindash. Lui présent, ça n'aurait pas été la même chose...), celles de Adriïl également comme nous n'avons appris ensuite, de même que celles qu'avait récupéré Varuk et qu'il avait confié a Jonquille une de ses putains. Les autres sont chez Achdille et ont failli être volées.

Répondant à la requête de mon maître et, il faut bien l'avouer à la curiosité et l'indignation de savoir que, mine de rien, c'est aussi ma statuette qui a été volée en même temps que celles de Zorisanel, Aurialak et moi avons donc accompagné Bhuuk et  l'orc chez Adriïl. Nous avons aussi proposé à Lub'hiel de nous accompagner (une histoire de statuette de plus ou de moins, après tout... ). Là bas, nous avons pu constater qu'Adriïl venait de se faire également dévaliser. Le voleur avait agit avec minutie, calculant exactement l'instant où Adriïl était parti pour s'introduire à l'intérieur, découvrir son entrepôt et briser les différentes sécurités. Il a d'ailleurs manqué de temps, passant à deux doigts de se faire prendre par l'elfe.

Avec une promesse de faire ce que nous pourrions pour résoudre cette affaire, Lub'hiel, Aurialak et l'orc se sont lancés dans une enquête de voisinage autours de chez Adriel et Bhuuk et moi sommes allé voir de plus prés ce qui s'était passé chez Zorisanel. L'orc s'est rapidement éclipsé pour se pencher sur le problème du Vol Bleu, une drogue à la mode dans la cité caractérisée par un globe oculaire qui prends cette teinte et des effets euphorisants importants. Addictive aussi.
Lhubiel a pu échanger avec des nains qui travaillent dans le coin et nous a rapporté les rumeurs. Il parait que des gens ont été assassiné voila quelques temps à l'aide rituels magiques maléfiques. Je trouve ça assez fabuleux la façon dont les choses peuvent être déformée. Evidemment, Aurialak et moi lui avons expliqué qu'il s'agissait juste des "conséquences" de l'histoire des statuettes. Mais son inquiétude était assez drôle. Plus pertinent, elle a pu identifier le voleur : un mendiant "banal" avec un chien "tout aussi quelconque" qui avait traîné aux abords de la boutique avant le vol, la surveillant sans en avoir l'air pour pouvoir agir dès le départ d'Adriël.

De notre coté, Bhuuk et moi avons constaté que le voleur, de constitution moyenne s'est introduit chez Maitre S'Lindash en grimpant aux murs de façon relativement discrète. Ca élimine l’hypothèse d'un sylfelin, d'un troll ou d'un obsidien. Je croit que Bhuuk, en bon Eclaireur du Vent était assez mal à l'aise face à autant de choses dont il ne parvenait pas à être certain de leur vérité. il faut dire qu'il y a de nombreux effets cosmétiques... et les éclaireurs sont tres sensible à ces choses là. Ils manquent de souplesse par moment même si cet aspect peut être modulé.
En questionnant un peu, nous avons pu définir trois individu ayant pu réaliser le vol. A l'odeur, Bhuuk m'a certifié pouvoir identifier le coupable s'il le recroisait.

Nous avons fini par rejoindre Aurialak et Lhubiel. Mais difficile de prendre une autre apparence quand un fichu sylphelin est incapable de garder sa langue ou de vous appeler autrement qu'Ekidialus. Andouille ! Et ça se croit malin...

Apres cela, nous nous sommes rendus en direction de chez Achdille. Elle est la dernière a posséder encore sa statuette et par consequent était donc la prochaine victime. S'ils gardaient leur modus opérandi, ils devaient deja être en train de surveiller sa demeure pour savoir quand agir. J'ignore encore si je doit les plaindre ou non. Peut-être que oui.

Il y avait bien un guetteur : un
*l'écriture est hésitante...*
une saloperie de pseudo sylphelin therran. Un de ces individus qui souillent le nom de notre race. Il a agressé Buukh et s'est enfui en l'insultant. Dans sa langue natale. Nous n'avons pas réussit à l'attraper. Mais si je met la main sur lui, je ne garantie pas sa survie.
Et un autre, un marchand payé pour guetter la sortie de chez la naine. Lhubiel et Aurialak l'ont convaincu de prévenir ses camarade de la sortie effective de Achdille, histoire de voir qui ou quoi tomberait dans le filet.

A notre grande surprise ce furent un elfe, un nain et un troll qui se dirigèrent vers la demeure de la naine. L'elfe n'était pas inconnu ni débutant puisque Lub' a reconnu son voleur, l'elfe E'than. Nous les avons suivis et neutralisés. Et ramené chez Achdille en les présentant comme des personnes intéressés par ses bien. J'ai presque des remords... quand nous sommes partis, elle cherchait comment leur faire faire une crise de talents.
En tout cas, ils nous ont indiqué leur employeur, ou du moins celui qui achète leur travail, un certain Yumbok, et la façon dont ils l'avaient rencontré à l'auberge "Chez Luviana"  et dont lui remettaient le produit de leurs vols. Pour cette partie, ils utilisent le double fond d'un entrepôt sur les quais.

Ils sont d'ailleurs les responsables du casse de chez Zorisanel.    

Nous les avons laissés aux bons soins de leur hôtesse et sommes, après le dîner chez elle, allés jeter un oeil sur l’entrepôt et la fameuse auberge.

Pour ce qui est des entrepôts... rien de très intéressant à signaler. E'than nous a indiqué qu'ils laissaient leurs butins dans une cache dans une arrière salle, où ils récupèrent à la place leur payement le lendemain. L’entrepôt étant gardé, nous n'avons pas jugé rentable de nous introduire dedans... même pour le nez de Buukh, il y a un peu trop de passages. Chez Luviana était l'étape suivante. Bon... Bhuuk s'est légèrement fait repérer, à poser des questions avec la subtilité d'un troll, et j'ai rattrapé ça derrière en laissant entendre qu'il était peut-être justement intéressé par ce troll... Beaucoup d'alcool avait coulés... et bordel qu'est ce que ça boit ces gens là. Bref, j'ai pu obtenir quelques informations supplémentaires. Ce monsieur Yumbok est visiblement un receleur réputé du coté des docs aériens et spécialisé dans les objets d'arts. Au quotidien c'est aussi un marchand troll.  Bref, un donneur de nom habitué à traiter avec des gens qui ont des sous et qui doit avoir pas mal de relations... ce que suggère son domaine de vente. Pas un petit caïd des rues...



Dernière édition par Luciole le Mer 17 Juin - 23:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Mar 16 Juin - 23:57

20° jour de Borrum, 1507TH

Citation :
Il y a des journées où tout semble aller à toute vitesse et d'autre où le temps semble... long. La fin de celle ci est clairement à placer dans la première catégorie. J'ai encore du mal à complètement réaliser. Mais autant commencer par le début.

J'ai fini par redescendre dans la grande salle, poussée par Hurê qui avait décidé d'aller dejeuner. Visiblement j'était la seule a avoir décidé de tenir le challenge boisson avec un troll et ils m'ont adressé des sourires railleurs. Un bon thé fait heureusement des miracles et les sourires ont disparus à l'annonce des informations sur Yumbok que j'en avait obtenu.

Lhubiel nous a également présenté son maître, Regan le Grand Ours. Je comprends d'où il a tiré son surnom. Cet elfe est sacrément costaud pour les siens. Il paraissait curieux de connaitre ceux qui aidaient son élève à retrouver sa statuette sacrée et, il faut l'avouer, je l'était tout autant de le rencontrer, ne serait ce que pour vérifier que les dangers que notre compagnie fait courir à Lhub ne le dérangeaient pas. J'en ai profiter pour lui raconter (brièvement) ce qui nous amenait à Throall et plus spécifiquement l'affaire de la statuette...

Il a parut assez intéressé et a désiré aller discuter avec ses voleurs. Achdille était d'ailleurs arrivée à ses fins apparemment et lorsque après le déjeuner Regan est allé voir E'than, celui ci a hurlé. Longtemps. Ses cris me font encore froids dans les ailes. Et puis il a remercié Régan de sa clémence. J'espère ne jamais avoir droit à pareille clémence. J’espère surtout ne jamais contrarier suffisamment un dragon pour ce qu'un traitement pareil me semble clément.

Nous sommes ensuite rentrés nous reposer au Tonneau à Luciole et y avons mis au point un ... plan... plus ou moins foireux... Notre but était de contacter Yumbok. Pour cela nous avions plusieurs solutions, soit remonter jusqu'à lui en filant ses hommes, en les achetants ou les menacant ou bien en surveillant son entrepôt mais je doutait que ça fonctionne soit en le laissant venir à nous.
Filer ses hommes? Il fallait déjà les repérer sans que l'inverse ne soit vrai. Et jusqu'à présent ça n'avait pas trop fonctionné. Les acheter? Il paye mieux que nous. Les menacer? Là encore, c'est quelqu'un qui a les moyens et une position en ville. Ceux qui travaillent pour lui n'ont soit pas intérêt à le trahir, soit n'ont pas les informations nécessaire. Il engage certe des petits bras mais ne leur laisse pas d'opportunité de remonter jusqu'à lui. Et quand à surveiller son entrepôt... ça m'inspire l'effet d'une rustine, faute d'avoir trouvé mieux.

Non, Yumbok est quelqu'un d'influent, qui connait beaucoup de gens en ville et à suffisamment de relations pour s'assurer une tranquillité. Il trafique des œuvres d'arts, il n'est pas un vulgaire truand, non... il joue dans une autre cour.

Avec le recul, je me dit que j'aurais simplement pu demander à Maitre S'Lindash. Je suis prête à parier Hurë qu'il aurait su comment le contacter ou ce genre de détails. Comme quoi, j'était fatiguée après la cuite d'hier. Même si au final, les choses ont toujours de façon idéale pour nous.

Nous avons finalement décidé d'utiliser la seconde option. Le laisser venir à nous. Plus que ça, lui donner une raison de venir à nous. Nous savions qu'une chose l’intéressait : la douzième statuette. Actuellement en possession de Achdille. L'idée n'était pas de la lui donner, pas véritablement, mais de lui proposer un leurre. Bien sur mes illusions ne sont pas encore incassables et peuvent et doivent être perfectionnées, mais je ne me débrouille pas si mal pour les petits objets. Le leurre aurait l'apparence bien sur de ladite statuette. Si comme je le prévoyait, il y avait encore des gens en surveillance devant chez  Achdille, ils nous verraient alors partir avec la statuette, et pourraient transmettre l'information. A nous alors de nous attendre à une rencontre "imprévue". Il faudra trouver un terrain adapté. D'où nous les verrons venir.
A partir de là, nous aurions pu demander à parler à Yumbok. Je pensait que si on lui annonçait que nous avions une proposition à lui faire, il aurait accepté de nous rencontrer. Du moins, c'était le plan initial.
Bhuuk était partant de foncer dans le tas. Aurialak n'était pas très loin de son avis et Lhub.. bah, du moment qu'elle a sa statuette, le reste elle s'en fiche un peu. Il faut bien avouer que je voyait surtout sa statue comme un... bonus... un joli bonus hein, mais de moindre importance face aux 12. Il est vrai qu'Aurialak et moi avons tenus notre langue sur ce qu'elles sont. Nous n'avons pas parlé de la treizième.

Cette ébauche de plan en tête, nous avons profité de la fin de l’après midi pour flâner dans Grand Foire, Lubh ayant quelques courses à faire.
C'est assez amusant de voir notre efficacité combinée lorsqu'il s'agit d'obtenir des tarifs plus intéressants.

En début de soirée, comme prévu, nous avons repris le chemin de chez Achdille en vérifiant soigneusement que nous étions surveillés et survis. Ça n'a pas manqué. Nous sentions comme un regard à un moment, le retrouvions un peu plus loin. Aurialak a d'ailleurs attiré l'attention d'une jeune obsidienne vêtue d'une robe de mariée. Ils ont commencé à discuter. Longuement. Et bien sur, je ne comprenais pas un mot. C'est extrêmement frustrant. Plus encore quand en lui rappelant que nous étions occupés, il vous réponds qu'il est déjà en train de faire vite. Les obsidiens n'ont absolument pas les mêmes notions de rapidité que nous. Et dès que j'ai un moment de libre, j'apprends l'obsidien.

Achdille a été assez étonnée de nous voir revenir alors que nous avions déjà déjeuné avec elle et nous lui avons expliqué notre idée. Elle l'a approuvé à deux conditions. La première : que nous récupérions aussi l'originale de « cette foutue statuette » qui commençait doucement à l’énerver et également la livraison de fûts des bières que nous pourrions croiser au cours de nos voyage et que nous trouverions intéressantes. Ah, et le renouvellement des deux tonneaux de sa cave. Je n'avais pas vraiment prévu que nous ayons aussi la véritable statuette et non pas juste la copie mais après tout... ce n'est pas comme si nous avions beaucoup de choix. Je comprends qu'elle ai fini par vouloir s'en débarrasser. Ces statuettes commencent à avoir du sang sur les mains.

C'est à peu près là que tout à dérapé. La suite du plan consistait à sortir de la maison en laissant voir que nous avions la (fausse) statuette. J'avais vérifié discrètement en arrivant qu'un sylphelin était bien caché, en surveillance, sur le toit voisin. Ce sylphelin pourrait rapporter ce qu'il avait vu. Il fallait tout de même conserver notre couverture, nous étions sensés surtout ne pas vouloir nous faire voir et donc être prudent. Pour cela, un dernier élément rentrait en compte : Buukh devait mettre en fuite le guetteur (après lui avoir laissé le temps de constater ce que nous transportions) pour que celui ci donne l'alerte et nous offre notre rendez vous. Il devait cependant attendre que je soit prête à le couvrir.

Mais voilà. Je n'avais pas prévu le facteur Buukh. Une erreur de toute évidence. Ce sylphelin est... impressionnant. Il n'a aucune notion de stratégie. Mais sérieusement. Aucune. Pour lui, elle se résume à foncer dans le tas, droit devant. Ce qui peut avoir ses mérites en certaines occasions.... sans doute.... mais n'était pas ici très pertinent. Il a certes une bonne vue mais... manque un peu de reflexion. Voila, c'est le mot. Il est aussi le fanfaron le plus malchanceux vivant que j'ai croisé.

Buukh a donc foncé. Sans attendre.
Il a foncé et l'autre sylphelin a réagi de façon assez prévisible en ripostant au lieu de s'enfuir. S'il n'y avait eu que ça... soit... Mais notre espion n'était pas seul et son complice un humain qui se faisait passer pour un marchand a visé et tiré. Je n'avais pas encore eu le temps d'arriver. Buukh s'est reçu la pierre dans la nuque. Le projectile avait été tiré avec force et précision. Il a pris Buukh dans le dos et tandis que les passants qui avaient assisté au tir commençaient à réaliser, il est tombé, inconscient. La présence du toit seul lui a sauvé la vie. Le sylphelin aurait pu l’achever si je n’avais détourné son attention et c’est moi qu’il a tenté d’embrocher. Dommage pour lui, il n’a pas réussi à me toucher et… n’était clairement pas à la hauteur pour s’attaquer à un illusionniste. Un seul éclair à suffit et lui n’avait pas de toit pour le rattraper.

Aurialak a réagi instinctivement. Il s’est lancé à la poursuite du faux marchand qui, pensait-il, venait d’abattre Buukh. Un obsidien qui court est impressionnant. Un obsidien qui plaque au sol son adversaire est terrifiant. Non pas parce qu’il a une maitrise absolue de ses gestes mais parce qu’il pèse plusieurs quintaux. Et n’en a pas conscience. L’imposteur n’a pas survécu à sa double rencontre avec le sol et Aurialak…

Je suis redescendue au sol, portant le corps inconscient de Buukh. Aurialak ne savait plus où se mettre, tentant d’endiguer l’hémorragie de sa victime mais il a beau être un médecin remarquable… il était trop tard pour l’humain. Autant dire que nous ne savions plus où nous mettre. Nous avons laissé la garde prendre l’affaire en charge et les avons suivis pour expliquer ce qu’il venait de se passer. Bien sûr nous aurions pu prendre la fuite avant leur arrivée mais ça aurait été un peu… enfin, ça n’aurait pas été très pertinent.

Comme je le disais, les choses ont tournées ensuite de la meilleure manière dont nous pouvions l’espérer. L’officier en charge, apprenant que nous étions des adeptes à préféré refiler l’affaire délicate à son supérieur.  

C’est d’ailleurs moi qui me suis chargée des présentations puisque Buukh était (heureusement) inconscient, Aurialak mutique (il faut dire qu’il venait d’écraser un homme et en restait tout perturbé)  et Lubhiel… ne savait pas trop quoi dire non plus. Le nain qui nous faisait face était un adepte lui aussi. C’était subtil a voir mais il m’avais semblé percevoir en entrant comme un léger reflet illusoire. Un petit quelque chose de fugace mais bien… réel (même si c’est étrange à dire lorsque l’on parle d’illusions). J’ai fait le pari qu’il connaitrait Maitre S’Lindash et lorsqu’il nous a demandé si quelqu’un dans la cité pouvait se porter garant de nous, je n’ai pas hésité à le citer.  Pari gagné. Il faudra d’ailleurs impérativement que j’interroge mon maitre à son sujet. Je suis certaine que c’en est un ! Comment arriver à autant de génie autrement ! Mais je m’égare. Reprenons donc. Il a paru soudainement beaucoup moins… punitif. Se comportant plus comme un ainé intéressé par des jeunes prometteurs (même si gaffeurs) que comme un garde intransigeant. Même si il a insisté pour que nous nous considérions comme réprimandé. Ce qui venait d’arriver était regrettable, mais cela demeurait un incident qui arrive. D’autant plus que l’attaque du marchand sur Buukh avait été vue par tous… tout comme l’assaut du sylphelin sur ma personne avant que je ne doive le carboniser.

J’ai donc décidé de lui raconter non seulement l’incident, mais, au-delà de ça, de lui raconter l’ensemble des évènements liés à ces statuettes. Lui et Lubhiel ont donc appris l’existence de la treizième et les meurtres qui avaient coulés autours. Ils ont appris le lieu de leur découverte,  et les circonstances. Je n’avais jamais parlé devant un auditoire aussi attentif, il faut bien l’admettre.

Nous lui avons montré la statuette. La vrai ainsi que le leurre. Bon… ben… je ne fait clairement pas le poids. Pas encore. Mais un jour ! Bref… La première question qu’il nous a posé c’est « pourquoi ne pas être venu les voir directement dès que j’ai compris qu’il y avait des therans impliqués ? ». Bonne question. L’implication théranne même si elle me semble logique n’est qu’une supposition de ma part qui se base sur un simple fait : l’autre pseudo sylphelin a, sous le coup de l’émotion, de la colère, parlé en théran. Et dans ce genre de situation on utilise sa langue maternelle. Même si je suis persuadée de la validité de ma théorie, elle se tient tout de même sur un maigre indice…. Et même s’il y a eu des morts, certaines idées évidentes lorsqu’on les suggère ne viennent pas spontanément à l’esprit. Il voit bien qui est Yumbok et, selon lui, le troll n’est pas du genre à mettre volontairement Barsaive en difficulté, quel que soit le payement. Il est Barsaivien. Il nous a remis également une lettre pour le poste de garde des Quais qui nous mèneront à Yumbok. Celui-ci devrait coopérer si on lui présente la chose sincèrement.

La véritable statuette est restée avec lui. En sécurité, contre l’immense majorité des menaces. La pale copie que j’avais effectuée a été remplacée par une autre qu’il est impossible de discerner. Il y a une touche d’illusion, enfin, il y en a eu, quelques secondes, mais la base est bien réelle, faite d’un encrier. J’ai du mal à y croire, un Illusionniste qui maîtrise également la voie du Forgeron. Je n’arrive même pas à concevoir comment ces trames peuvent s’entremêler. C’est du génie même si, au fond, pour l’un d’eux ça se tient. Réalité et Illusion enchâssée au plus profond d’entre elles. Quelle est la limite entre les deux, où s’arrête la réalité et commence l’illusion et dans quelle mesure l’illusion n’est-elle pas la seule réalité. Je ne comprends pas mais un jour je comprendrais ! Un jour j’arriverais à trouver la clé.  C’est une promesse que je me fait !


21° jour de Borrum, 1507 TH

Citation :
Comme nous l'avait dit l'officier, le poste des quais nous a, après lecture du message, indiqué directement le magasin où nous pourrions trouver Yumbok.
Lubh était sur les nerfs. Je croit définitivement que sa statuette éclipsait toute autre forme de considération, et que le problème des treize lui était secondaire. Enfin...

Nous avons traité les deux questions séparément, la statuette draconique étant remise à notre prochaine discussion puisqu'il ne compte pas la vendre entre temps.

Il a d'abors été clairement méfiant, mais a tout de même accepté de nous écouter. Nous lui avons demandé ce qu'il en savait. Pour lui, ce n'étaient qu'un lot de statuette et son acheteur était... classique. Je lui ai alors demandé s'il savait qu'ils étaient thérans. Il l'ignorait et cela lui a fait visiblement un choc.

Nous lui avons alors proposé de lui remettre la douzième (enfin, la fausse douzième ce qu'il ignorait même s'il s'en est douté et n'a vraiment pas cherché à passer outre l'illusion) en contrepartie du fait qu'il nous mène à l'acheteur. Les douze statuettes, un appât parfait pour son client. Il a accepté. Il nous préviendra dès lors qu'il aura le rendez vous avec son acheteur et nous mènera à lui. A nous alors de le suivre à sa trace et de prévenir la Garde de Throall.

Je pense que nous avons fait le meilleur choix. Il nous faut maintenant rester en alerte, prêts à réagir à son message

22° jour
pause

23° jour
suivi de Yumbok dans les montagnes et pistage de l'acheteur

24° jour
Combat !!! Un dragon ! Un roi !
25°
Fin des negociations pour la statuette.
Aurialak boude, Lhubiel fait des calins à son doudou dragon.


Dernière édition par Luciole le Lun 28 Sep - 21:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Jeu 10 Sep - 20:03

Du 26° jour de Borrum, 1507TH


Mois à Throall.
Cadeaux du maitre de Lub
Passage des cercles.
Serment de familier
Faire la fête.



au 28° jour de Doddul, 1507TH




Note de bas de page :
Familier et talents:
Talent disponible pour un familier : Eveil. Ce talent fonctionne comme un talent de novice. Il conditionne la possibilité d'acquisition de karma et de talents animaux. Le rang d'éveil est limité par le rang de lien télépathique.
Karma : rg du dès karma = rg d’éveil +1
           coût du karma : 5pl (achetable sur les pl du magicien)
           Points de karma max = (1 + rg d'éveil) * 2

Talents animaux : il s'agit des talents possibles pour les créatures. Chaque rang d’éveil donne droit à l'ouverture d'un nouveau talent s'il est compatible avec le familier. A partir du 5eme talent, il sont considéré comme des talents de compagnon, puis de gardien, etc. Il est necessaire de trouver un maître pour apprendre de nouveaux talents.


Dernière édition par Luciole le Dim 27 Sep - 17:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Jeu 10 Sep - 20:54

29° jour de Doddul, 1507TH

Citation :
Nous avons rejoint les débarcadères au petit matin pour découvrir notre navire. J'ai eut l'impression de revenir plusieurs années en arrière. C'est impressionnant combien les vielles habitudes reviennent vite. J'aime le spectacle de Barsaive défilant sous mes pieds à plusieurs centaines de mètres. J'aime sentir le vent frais à ces altitudes et cette impression de liberté sans limites lorsqu'on vogue entre ciel et terre.

Nous voguons sur le Coureur de vent. C'est un petit navire mais il roule agréablement sous les pieds. Il fait une quinzaine de mètres de la proue à la poupe. Deux mats. Même s'il n'y aura probablement pas de problèmes, nous ne sommes pas sans défenses. Deux canons à feu ont été positionné sur les cotés et il dispose d'une baliste à l'avant. Je suppose que ça doit être utile surtout au vu de la profession de notre capitaine. Elle bosse pour Yumbok, alors ce n'est pas surprenant mais ça m'amuse tout de même. Notre navigatrice et capitaine se nomme Crygaht. Nous avons également deux membres d'équipage écumeurs du ciel, Magus et Gortal et Boriv, l'elementaliste nain qui s'occupe de la bonne marche du navire.

Contrairement à moi, Aurialak n'est pas du tout à l'aise. Je croit qu'il ne désire pas ressortir de la cale avant l'arrivée. Buukh au contraire a décreté qu'il était un volontaire inconditionnel pour la vigie. Lub' n'a jamais mis les pieds sur les navires aériens. C'est sa toute premiere fois. Pour le moment, elle a été affecté à la cuisine. Et Hurë surveille de près ce qu'elle fait. Ce kuë est un goinfre. Il faut dire qu'en bonne elementaliste, elle sait bien gerer toute la cuisson. Reste la gestion des épices...

Des hamacs ont été rajoutés dans la cabine commune. J’espère simplement que les autres ne ronflent pas trop.

Les vents nous ont été favorables et nous avons pu avancer rapidement. Alors que la nuit tombe, nous apercevons les abords de la jungle de Servos. On en aura encore pour quelques jours au dessus de cet océan d'arbres.

30° jour de Doddul, 1507TH

Citation :
La situation commence à devenir inquiétante. La nuit dernière, déjà, Buukh pendant son tour de garde a signalé des lumières au loin. Lueurs colorées qui suivaient les courants aériens. A l'aube, elles n'avaient pas disparues, nous suivant de loin. Il s'agissait d'un groupe de prisma un adulte et probablement ses petits. C'est étrange. Je sait qu'elles peuvent parfois engloutir un donneur de nom, ce sont des prédateur, mais de là à prendre en groupe en chasse un bateau...? Elles nous ont suivit une partie de la matinée, nous rattrapant petit à petit. Nous nous sommes préparés au combat et lorsqu'elles ont piqués, nous étions en position. Ça n'a pas été très difficile mais il est vrai que nous ne sommes plus les simples initiés d'il y a quelques mois.  Nous n'avons cependant pas pu empêcher l'adulte de s’effondrer sur le mat qu'elle a brisé sous le choc. Quelques éclairs ont suffit pour les petites. Cependant, même si le danger immédiat a été écarté, ça ne réponds pas à la question. Mais pourquoi nous ont t'elle attaqué ainsi? Ce sont certes des chasseurs, mais nous étions tout de même trop gros pour elles. Il y a quelque chose qui ne colle pas. C'est... incohérent. Et je n'ai pas la réponse. Nous avons pu récupérer certaines des ailes qui n'avaient pas été trop endommagée dans l'attaque et les avons stockées sur le pont. Aurialak et Gortal se sont mis au rames pour palier à l'absence de mats. On profitera de la prochaine halte pour le faire réparer.

Les anomalies n'en sont pas restées là. Nous n'avons certes pas été attaqué depuis mais je présent que ce n'est pas terminé...

Nous avons été suivis toute la journée. La jungle en dessous semble normale, mais par instant il y a quelque chose en mouvement. Quelque chose de volumineux. Pas loin derrière nous. J'ignore ce que c'est mais ça nous suis, j'en reste convaincue. Une attaque, c'est surprenant, inquiétant, mais combinée à une traque... nous ne relâcherons pas notre garde. Il y a des créatures dans cette jungle plus puissantes que nous tous réunis. Et de loin. Il nous faudra être vigilants lorsque nous ferons halte pour la nuit.

30° jour de Doddul, 1507TH, dans la nuit

Citation :
Je reprends la plume car ainsi que je le craignais nous avons subis une attaque. La menace était plus importante que ce auquel nous nous attendions.
C'est une wyerne qui s'en est prise à nous. Nous avions fixé l'amarre pour ne pas dériver mais étions restés à une centaine de mètres du sol. Cela ne l'a pas arrêté et en quelques battements d'ailes, elle a chargé le Coureur de Vent. Nous étions sur le pont, car aucun d'entre nous n'avait confiance dans la Jungle et nous désirions la garder à l'oeil. Une wyerne fait plusieurs mètres de longs et ressemble à un énorme lézard possédant des ailes écailleuses à la place des pattes avant. Si nous n'avions pas été sur nos gardes, nous n'aurions eu aucune chance face à sa férocité et son poison.

La présence d'Aurialak a sauvé des vies ce soir. Il était le plus grand, le plus imposant d'entre nous. Et il ne lui a pas laissé le temps de choisir sa proie la chargeant et s'interposant pour éviter qu'elle ne s'en prenne d'un autre, bientôt rejoint par Crygath. La magie l'a aidé à tenir mais il est bien le seul d'entre nous qui aurait pu survivre à sa morsure venimeuse. Les éclairs et ses poings sont parvenus à venir à bout de la créature qu'il a achevé coup de poings et nous avons constaté les dégâts.

Une partie de la coque est détruite et selon Boriv, nous perdons de l'air élémentaire. Selon lui, le moteur élémentaire qui permet de maintenir le Coureur à flot a été touché et une brèche s'est faite dans la circulation du flux. Il a expliqué longuement à Lub'hiel le procédé et, s'ils s'y mettent à deux, il pense qu'ils pourront calfeutrer la brèche et empêcher une perte plus importante. Ce n'est qu'une rustine, une réparation de fortune qu'ils devront maintenir sans repos jusqu'au moment où nous pourrons nous poser. Throal est loin derrière nous. A cette allure et altitude nous ne tiendrons pas jusque là bas mais d'autre villages se situent sur notre route. Nous nous poserons à l'un d'eux. En attendant, je ferais mon possible pour les maintenir éveillés. Aurialak et les autres membres de l'équipage vont ramer. Il faudra compter sur leur endurance. Nous n'avons plus le luxe de nous arrenter.

Cette attaque n'est pas plus sensée que la précédente, et quelque soit la chose ou l'être derrière, il est toujours là.


Le 1er jour de la Terre Endormie de 1507TH à 1508TH

Citation :
La journée n'a pas été très trépidante. Il est assez ennuyeux de passer son temps assise dans un cercle pour s'assurer que les elementalistes ne s’effondreront pas. Le cercle de bien être les a maintenus éveillé à défaut de les maintenir en forme. J'ai fait retravailler à Lub'hiel son jonglage mais elle ne manifeste pas beaucoup de motivation...

Plus intéressant, nous avons pas mal discuté sur les éléments et la façon dont elle les lie entre eux. Je pense qu'il y a moyen de faire plus encore pour les unir au moins symboliquement car, elle l'a elle même admis, il est vrai qu'elle en lie certains plus étroitement que d'autres.

Aurialak continue de ramer, inlassablement. De nous tous, il n'y a quasiment que Bhuuk qui se déplace librement même si je profite des instants où le cercle prends fin pour me dégourdir les ailes. A chaque fois que je remonte sur le pont, il me semble surprendre un regard qui nous suit depuis le sol. Qui nous surveille. Ca peut etre celui d'un singe, celui d'un oiseau, ou de n'importe quelle créature. C'est une tension perpetuelle qui joue avec nos nerfs. Buukh a fini par en avoir marre, et à tiré une fleche vers un des singes. Plus tard un perroquet lui a renvoyé une noix.

Nous avons entendus des cris. Au bruit, c'est un groupe de krilla qui s'est fait massacrer. Ce sont pourtant des prédateurs non négligeables. Je ne pense pas qu'ils aient eut une seule chance. A un moment également, un arbre gigantesque s'est simplement abattu.

Il y a quelque chose en bas. Trop près de nous pour ma tranquillité. Il faut pourtant continuer.

Nous avons beau réfléchir, nous n'avons pas vraiment d'idées sur le qui ou le quoi. Un maître des animaux? Un adepte de haut cercle pourrait bien sur faire ce genre de chose mais pourquoi nous poursuivre ainsi ? Le chargement ne compte que du tissu. Un ennemis ou un concurrent de Crigaht? Un lien avec l'affaire du mois dernier ? Un lien avec Crusk? Ou le simple hasard de notre passage? Je n'ai pas de réponses pour l'heure.

Un peu plus tot nous avons aussi eut un problème avec une illusion auditive qui nous faisait entendre des bruits de combats intense dans la jungle. Le bruit que ferait un rat de la taille de la wyerne d'hier. Hurë reste caché dans la cale, son instinct lui hurle de redouter le prédateur. Ce n'est pourtant qu'une illusion, et bien qu'ils n'aient pas réussis à la briser, les autres me font confiance. J’espère qu'elle ne contient pas elle même une autre illusion cachant elle quelque chose.

N’empêche, j’espérais passer la première des soirées de la Terre Endormie à faire la fête jusqu'à la fin de la nuit, et non à veiller en me questionnant si oui ou non nous nous écraserons dans les heures à venir...


Le 2° jour de la Terre Endormie de 1507TH à 1508TH

Citation :
Nous avons  veillé toute la nuit. C'est encore le matin. Mes mots peuvent paraître embrouillés mais je veut coucher sur le papier ce que j'ai senti avant de céder au sommeil. Tant que c'est encore frais dans mon esprit.

Alors que le jour commençait à paraître, nous avons vu quelque chose se découper au loin. Comme une tempete d'éclair et de magie. Droit sur notre chemin. Bhuuk nous a avertis de la présence d'un Aigle Sentinelle qui est venu à nous.

Il nous a guidé à travers la tempête, nous permettant de la traverser. Nous venons tout juste d'en sortir

Ce n'était pas une tempête normale. C'était une tempête de magie. Brute. Il s'agissait à l'origine d'un sort nommé. Donc extrêmement puissant et j'ai l'impression qu'il avait même été boosté. Il a glissé, il avait été à demi fixé mais à commencé à glisser. Il vire à la magie brute et, au vu de ce que j'ai senti, doit déjà commencer à attirer les horreurs. Elles doivent déjà avoir entamé leur festin aux extrémités.

Il y avait de l'illusion dans le sort originel. Pour effrayer. Tenir à distance.

J'écrirais plus longuement ce soir, lorsque j'aurais pu dormir. Lub'hiel a mis la main dans la tempête. L'esprit devrais je dire et s'y est brûlée. Foutue elfe inconsciente des dangers de la magie brute. Elle s'est prise une décharge directement. Buukh n'a pas tenu la pression qu'a exercé la tempête sur nous. Il s'est évanoui.

J'ignore combien de temps ça nous as pris, des heures pour certain, un quart d'heure sinon. Au sortir de la tempête, nous avons aperçu K'tollina. Nous devrions y être dans une heure maintenant. Nous allons pouvoir, enfin, nous reposer.

Le 2 au soir

Bon, problemes. On part demain matin jouer les n'explorateurs !
Le 3° jour de la Terre Endormie de 1507TH à 1508TH

Départ dans la jungle, rencontre avec des minous et une araignée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Lun 28 Sep - 22:25

Arc : N'est utilisable qu'avec les flèches du carquois, portée identique à la fronde, force min de 5, niveau de dommage 3, +1 au jet de touche.
Filament 1 : Déterminer son nom augmente ses dommages de 1
Filament 2 = découvrir qui a créé le carquois. Les flèches tirées ne se brisent jamais à l'impact, +10m à chaque seuil de porté
Filament 3 : découvrir ou et qd l'arc a été créé, les dommages passent à 5 et l'arc peut rester bandé sans risque se s’abîmer

Carquois : peut contenir 30 flèches

L'arc et le carquois sont récalcitrants

Epée à 2 mains, sylpheline de maître, force min 6, nive 4, poids 1kg.
Filament 1 = nom, +1 au niveau de dommage
Filament 2 Découvrir le nom du fabriquant, +1 dommage
Filament 3 : trouver 5 gr d'air elementaire et les lier à l'épée, le premier pt d'effort de chaque round est ignoré si l'épée est maniée
Filament 4 : Dois se rendre là où l'épée a été baptisée (fait couler le sang pour la premiere fois), +1 pnt de dommage, pour 1 pt d'effort, le personnage peut infliger des dommages de foudre magique de nv 4 à tout autre que lui touchant l'épée

Sac leger : étanche,
Filament 1: multiplie sa contenance par 2, il faut découvrir comment la ficelle qui permet de le fermer à été créé
Filament 2 Découvrir son nom
Filament 3 Découvrir le nom du fabriquant

Cape : unitaille
Filament 1: trouver son nom, +1 défense physique
Filament 2 : +1 défense sociale
Filament 3 : Découvrir le nom du fabriquant, +1 défense magique
Filament 4 : le personnage doit reteindre la cape en utilisant les même teintures et en les appliquant aux même endroits, il faut un niveau de réussite sup pour faire une réussite critique contre le perso...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Dim 22 Nov - 16:12

Le 3° jour de la Terre Endormie de 1507TH à 1508TH

Citation :
Comme prévu, nous sommes partis aux premières lueurs de l'aube. Les tsrangs de K'tallina nous ont fait traverser le fleuve et nous ont regardés partir en nous souhaitant bonne chance. Mais aucun ne nous a accompagné vers les ruines du kaerl.
Ils savent que si nous ne revenons pas, si nous échouons, ce n'est qu'une question de temps avant que cette tempête ne se dissipe. Ils ne prendrons pas de risques inconsidérés. Je peut les comprendre.

Je ne sait même pas vraiment ce que nous cherchons. Enfin si, mais je ne sait pas exactement ce que ça représente pour Aurialak. Sa famille ? Son clan ? Je suppose oui que c'est quelque chose qui y ressemble. Celle qui a été perdue est sœur de la sienne. Mais là où les coutumes des miens se chantent et s'annoncent sans remords, celles des obsidiens ne se partagent pas. Nous ne pouvons alors que constater comment Aurialak tends vers son but, mais sans pour autant pouvoir ressentir par nous même combien cela le touche.

Et je me sais privilégiée puisque je comprends leur langue contrairement à Lhubiel et Bhuuk. Sinon, il ne nous aurait rien dit. Nous l'aurions suivit, comme nous le faisons maintenant mais sans avoir une chance de comprendre. C'est un peu triste je trouve. Comment peut on aimer se renfermer ainsi sur soi même.

Nous avons traversé le fleuve et nous sommes enfoncés dans la jungle suivant notre guide, l'aigle (en réalité un élémentaire de l'air mais bon...). Bhuuk via la voie des airs, moi sur Hurë et Lhub et Aurialak se frayant un chemin au sol. Nous avons évité des araignées, des serpents plus que gros que nous, et autres créatures.
Nous n'avons pas pu éviter une meute de Kroyennes mais les avons combattus en terrain découvert, dans une clairière. Ils ont blessés Hurë mais nous avons fini par les faire fuir. Ce sont d'incroyables chasseurs... et nous aurions eut bien plus de mal à nous en sortir en pleine nuit. Celui qui a blessé mon Kuë est mort !

Ce soir nous dormirons en paix, dans un havre protégé par l'aigle élémentaire. Nous devrions arriver demain aux ruines. Nous devrions y trouver quelque chose qui nous mènera à ce que nous cherchons. J'espere.

Le 1 ou le 2° jour du mois de Strassa 1508TH

Citation :
Je ne suis pas bien sure de la date exacte.
Nous avons perdu la trace du temps. Nous sommes passés à travers la Tempête, un lieu où il n'a pas la même signification et y avons combattus.
Nous sommes vivants.

Pour reprendre mes écrits, nous avons atteint le Kaerl dans la matiné du 4° jour de la Terre Endormie. Nous n'avons pas rencontrés plus de problèmes, les prédateurs nous fuyaient, sans doute à cause de l'odeur des kroyenes.
C'était étrange. Les lieux semblaient vides, secs. Comme malsains. Aurialak nous a déclaré que Terre Mère ne pouvait s'y exprimer. Sur le coup, je n'ai pas vraiment su quoi faire. Il n'y avait aucuns annimaux, aucuns insecte. Les plantes étaient... non, pas malades, mais pas en bonne santé non pus. Et il y avait de la magie.

J'ai ouvert les yeux sur l'astral. Sur les magies. Toutes étaient presentes. Entrelascées. Illusionisme, elementalisme, nécromancie et sorcellerie. Mais aussi du chamanisme. De la magie brute. Pour les décrire...Il y avait comme un dôme d'illusion, des pilliers, entourant et protegeant des flux elementaux extremement puissants. Les flux étaient contenus et guidés par de la sorcellerie, liées et tissées ensemble par la nécromancie. Je suis loin d'en connaitre assez sur le chamanisme pour comprendre comment il était intégré à cette structure. Les traces de magie brute m'inspiraient plutot des assauts, des attaques contre ces protections.
Je pense qu'il s'agissaitt là d'un exemple de la façon dont les donneurs de noms ont autrefois pliés la magie pour proteger les Kaerls. Une protection affaiblie, attaquée mais toujours là, dissimulant quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Dim 13 Mar - 22:09

Bla bli ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Dim 13 Mar - 22:11

Le 20° jour du mois de Strassa 1508TH

Citation :
Aujourd'hui est le début d'une nouvelle étape. Le commencement d'un tout nouveau chemin.
Aujourd'hui, nous avons liés nos Architrames et notre Légende.
Aujourd'hui, les Roses de l’Espérance sont nées.

Les années et les siècles pourraient passer que je ne pourrait oublier ce sentiment qui m'étreint le cœur ce soir. Celui que ce n'est que le début. Que notre avenir nous tends les bras. Désormais nous agirons ensemble et non chacun de notre coté. Comment le décrire ? C'est une sensation étrange qui tient à la fois du sentiment d'accomplissement, de certitude et d'anticipation enthousiaste. Je sais que les certitudes ne sont pas bonnes pour qui veut avoir les yeux et l'esprit clair mais celle ci ne souffrira pas de doutes. Quelque soit ce que le futur nous réserve, nos destinées sont désormais liées. Et Aurialak, Lub'iel, Buuk et Hurë seront à mes cotés.

Nous n'étions pas avertis de la date de la cérémonie et c'est dans un sommeil drogué que nous avons tout cinq été menés là où elle se déroulerait. Nous nous sommes réveillés chacun dans une pièce. Seuls. Hurë était avec moi. Je me doutait de ce qui se passait et, j'ai attendu qu'on vienne me conduire où nous devions être.
Nous nous sommes retrouvé à cinq dans une vaste pièce. Chacun d'entre nous venant d'une direction différente. Au centre une table. Sur celle ci était posée pour chacun d’être nous à boire et à manger. Nous ignorions ce que nous devions en faire.

Chacun d'entre nous fut alors confronté à une vision de ce qui pourrait advenir. De ce que notre groupe pouvait devenir suivant les choix que nous ferions. Suivant ce que chacun de nous choisirait de faire. D'être. Ce ne fut pas une vision plaisante. Je n'en donnerais pas ici les détails. Qu'il soit simplement sut qu'elle fut différente je pense, pour chacun de nous, et que, tant que nous y étions, nous n'avions pas conscience que ce n'était qu'une vision.
Se retrouver face à qu'on redoute intimement est dur à encaisser. Mais aucun de nous ne renonça. Et, revenant à nous, aucun d'être nous ne se retira de la cérémonie, quelque soient ce que nous venions de vivre. J'ai bu la coupelle d'une traite. Refusant de prendre le temps de penser ou d’hésiter. Le temps n'était plus aux hésitations.

Des questions nous furent posées. Mis à nus. Ce que nous aimions, ce que nous admirions, ce que nous détestions, ce qui nous agaçait chez nos compagnons. Les cœurs au clair, nous avons parlés, échangés. Et avons choisit d'unir nos quatre trames.

Nous avons alors, devant la shivallahala venue nous rejoindre présenté ce que serait notre Blason et Nommé notre Groupe. Les Roses de l'Esperance. Parce que c'est une Rose des Vents qui nous guide vers notre but. Parce que c'est une fleur dont la beauté cache la force. Parce que nous serons ses épines guidées par la Rose des vents effilées et mortelles. Et parce que nous voulons être synonyme d'espoir et de renouveau. Et tous, nous avons pris notre place au sein de nous Groupe.

Une derniere épreuve nous attendait encore. Une épreuve pour tester notre determination. Notre confiance envers ceux auquel nous venions de nous lier. Notre capacité à aller jusqu'au bout de ce que nous clamons. Nous savions que nous ne devions pas échouer si nous voulions que notre groupe soit fort. Nous savions aussi que ce qui se passerais là bas ne serait pas sans conséquences dans la réalité. Qu'il y aurait un prix à payer.

Nous devions protéger notre Blason. Le protéger contre des ennemis trop nombreux et contre une corruption trop forte pour être contrée.
Buuk est mort le premier. Il est mort en nous protégeant tous. En se sacrifiant pour empêcher notre ennemis le plus puissant de venir à nous. Lubhiel fut la seconde. Je protégeait notre blason de la souillure et, elle avait choisit de me protéger moi. Hure et Aurialak étaient nos bouclier. Et ils ont tenus. Hurë en puisant en moi, et Aurialak par sa force. Mais il était mortellement touché lorsque le dernier de nos ennemis tomba. Et moi... j’étais sur le point de sombrer. Car je n'avais pu empêcher notre blason de se faire souiller qu'au prix de ma propre trame. Et je sentait la folie envahir mon esprit et mon cœur. J'ai demandé à Hurë de protéger les autres de moi. Je ne peut qu'imaginer la force qu'il lui a fallut pour accepter ma demande. Je suis morte sous ses griffes. Aurialak l'a ramené lui et le blason en sécurité avant de tomber à son tour. Mais notre quête n'était pas vaine car, sous la garde de Hurë, d'autres adeptes reprirent notre tache et menèrent nos rêves à bien.

Nous étions tombés mais notre combat n'avais pas été vain. Notre souvenir n'était pas mort.

Nous sommes revenus à nous. Chamboulés. Mals en points. Mais vivants. Et nous avions réussis.

Nous avons prêté un serment de paix du Sang, achevant le rituel.

Aurialak le Magnétiseur, Buuk l’Intrépide, Lub'hiel des Tempête et Akidiale Voix de Brume et Hurë. Nos noms seront connus à travers tout Barsaive comme ceux des Roses de l’Espérance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Jeu 30 Juin - 19:53

Le 21° jour du mois de Strassa 1508TH

Citation :

Nous nous sommes réveillés tard ce matin. Encore étonnés de ce sentiment qui nous a étreint hier. J'ai du mal à complètement réaliser. Et pourtant j'ai le sentiment que si je regarde derrière moi, je verrait un gouffre entre hier matin et aujourd'hui. Je me sent plus riche. Plus forte. Plus complète de ce lien.

Nous avons repris nos recherches avec au cœur un sentiment plus grand d'urgence. Le temps passe, et j'ai hâte de reprendre la route. Cela dit... Nous n'avons pas certes pas chômé, mais il nous reste des choses à faire ici avant de pouvoir prendre notre envol vers Jerys. Il nous faut retourner au Kaer perdu. Comprendre ce qui s'y est passé me semble important. Comprendre pour pouvoir compter leur histoire, pour se souvenir de la façon dont ils ont vécu, dont ils ont lutté et comment ils sont tombés.

Il est une autre tache auquel je me suis attachée même si tache est sans doute un terme trop sévère. Les jumeaux méritent d'avoir leur chance. J'ai profité de leur compagnie ces derniers temps et il est facile de voir en eux le potentiel pour être bien plus que simplement de très bons musiciens de village. Ce monde sera trop petit pour eux même s'ils sont encore un peu jeunes pour en avoir conscience eux même. Mais moi j'en ai conscience quand je les regarde. Quand je les écoute.
Sans leur en parler, je suis allée m'entretenir avec le troubadour des XXX. Je voulais savoir s'il accepterait de former des apprentis. Inutile d'éveiller en eux des espoirs si je ne suis pas capable de les concrétiser. Il était hésitant bien sur, mais il les a entendu jouer lui aussi et j'ai pu le convaincre de leur potentiel. Ce ne sera pas gratuit bien sur, mais, cela n'est, au fond pas la difficulté la plus importante car c'est un probleme que nous pouvons régler. Je ne doute pas de parvenir à convaincre Lhub, buuk et Aurialak de se ranger à mes vues. Ils ne les ont pas vraiment fréquenté mais je pense qu'ils me feront confiance et qu'ils approuveront la perspective de permettre aux jumeaux de devenir adeptes. Je leur en parlerais ce soir, avant d'aller discuter avec la Shivalahala.

Il me faut son accord. Si cette proposition lui convient, alors j'aurais les cartes nécessaires pour la partie la plus complexe: convaincre leur XXX. C'est lui qui aura le dernier mot.


Note griffonnée à la suite :

Citation :
J'ai l'accord de tous. Prochaine étape, convaincre les tsrangs !
Nous partirons vers le Kaerl perdu demain, apres mon entretien avec la Shivalahala.

Le 22° jour du mois de Strassa 1508TH


Citation :
J'ai été reçue ce matin et j'ai pu expliquer la situation, parler de ce que je voit comme une chance pour ces deux enfants au potentiel si grand. Le résultat en est mitigé. Elle m'a fait comprendre qu'elle approuvait et pensait aussi que ce serait une bonne chose pour eux. Une opportunité précieuse. Mais qu'elle n'influencerait pas directement leur tuteur. Ce serait lui qui déciderait, elle n'avait pas à intervenir.
Bon... En tout cas, même si elle n'intervient pas directement, ayant son accord, j'ai su comment il me faudrait présenter la chose.

Je mentirais en disant que la discussion avec leur XXX fut facile. Il ne désirait pas les perdre ou les voir risquer leurs vies. Il est vrai que c'est là souvent le destin des adeptes. Mais il les aime et, j'ai pu l'amener à mes vues. La légende d'un troubadour ne s’écrit pas de la même façon que celle d'un maître d'arme ou d'un guerrier. Les risques ne sont pas les même et la vie que mène leur maître potentiel n'est pas aussi dangereuse que la notre (ils n'ont pas l'idée suicidaire de chasser une horreur, eux). Il sait qu'il y a toujours un moment où il faut laisser les enfants grandir hors du nid. Et l'approbation de la shivalahala à ce projet est ce qui a fait pencher la balance. Je lui ai dit de ne pas se soucier des questions monétaires, et nous nous sommes accordés sur la moitié de l'apprentissage à notre charge et l'autre moitié payée par le village. C'est l'une des manières trouvée pour indiquer à ses petits qu'ils ont aussi sa benediction.

Je l'ai laissé annoncer cela aux jumeaux (j'imagine leur joie sans peine) tandis que nous avons pris la route du Kaerl. Il faut du courage pour partir à l'aventure, mais il en faut aussi pour laisser partir ceux que l'on aime.

Le trajet jusqu'à Kaerl s'est déroulé sans encombres. Pas de rencontres imprévues avec des prédateurs... la foret est très calme. Nous avons commencé à fouiller les quartiers nains et sylphelins de manière plus intensive et Aurialak rassemble tous les écrits. Je pense que nous nous concentrerons sur leur traduction demain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole



Messages : 31
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Ven 21 Oct - 18:12

Le 23° jour du mois de Strassa 1508TH

Fouille du Kaerl, répartition des taches, traduction des restes de journal, discussion sur quoi faire

Le 24° jour du mois de Strassa 1508TH

Depart pour chasser le rejeton. Buukh suit les traces.
On croise deux cadavereux qui font des patrouilles
Trouvé le rejeton.

Tempete de neige via lubhiel, Aurialak tank un max.

Fin du combat, Aurialak est au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de voyage : notes et commentaires.   Aujourd'hui à 1:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de voyage : notes et commentaires.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal de voyage de Kiran
» DÉMYSTIFIER
» Les gens du voyage
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Voyage de Bougainville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tak'an Dore :: Campagnes :: Earthdawn-
Sauter vers: